Hero Background

Transport

LIRE LA SUITE
FERMER

Les émissions de gaz à effet de serre des transports devraient doubler d'ici 2050. Une action rapide et efficace est possible et peut économiser de l'argent pour les gouvernements, les entreprises et les particuliers, et améliorer la santé en réduisant la pollution. Photo ©Pline/CC

Header Image

Paris, le 3 décembre 2015 : Reconnaissant que le transport est le secteur industriel où les émissions de CO2 augmentent le plus, des intervenants de premier plan, parmi lesquels la Ministre française de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, Ségolène Royal, la Commissaire européenne chargée des Transports, Mme Violeta Bulc, la Ministre marocaine de l’Environnement, Mme Hakima El Haite, le Secrétaire d’État français chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche, M. Alain Vidalies, et le Ministre péruvien de l’Environnement, M. Manuel Pulgar Vidal, se sont joints à des dirigeants d’entreprises et à des élus.

Ils ont présenté, à l’occasion de l’événement thématique du Plan d’Actions Lima-Paris (LPAA) sur les transports organisé à Paris, 10 initiatives pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et mettre en place des transports plus durables.

Cet événement était organisé par le Processus de Paris sur la mobilité et le climat sous l’impulsion énergique de la France et du Bureau du Secrétaire général des Nations Unies.

Les émissions de CO2 liées aux transports représentent aujourd’hui un quart des émissions mondiales et devraient atteindre un tiers du total d’ici 2050 ; les acteurs du secteur réfléchissent donc à des changements majeurs pour s’associer à l’effort collectif visant à maintenir l’élévation moyenne de la température de la planète en dessous de 2° C. Ces initiatives arrivent à un moment où la demande de transports (personnes et marchandises) devrait croître rapidement, en particulier dans les pays en développement et émergents.

Des projections montrent que l’on pourrait réduire les émissions de CO2 liées aux transports de 50 % d’ici 2050 par rapport à un scénario de « politiques inchangées » (Business as usual), sans pour autant empêcher une croissance économique durable. M. Jean-Dominique Senard, PDG de Michelin, a attiré l’attention sur le fait que « les entreprises comme les pouvoirs publics adhèrent à l’idée que la transition dans les transports constitue une remarquable chance de stimuler l’innovation et l’activité ».

Pour la première fois, tous les modes de transport ont pu être associés aux progrès réalisés en vue de la décarbonation progressive du secteur. Mme Violeta Bulc a souligné la dynamique créée par le Plan d’Actions Lima-Paris qu’elle a qualifié de « remarquable tribune pour la COP21 » et d’« initiative très forte ». M. Alain Vidalies, Secrétaire d’État français chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche, a clos cet événement sans précédent par un appel à maintenir l’an prochain une dynamique de progrès constants.

Les principales initiatives présentées étaient les suivantes :

65 pays s’engagent à améliorer l’efficacité énergétique des véhicules, une opportunité au potentiel considérable !

En 2015, 40 pays se sont joints à l’Initiative mondiale pour les économies de carburant (GFEI), lancée par la Fondation FIA, le Forum international des transports (ITF), l’Agence internationale de l’énergie (AIE) et le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), ce qui porte à 65 le nombre de pays qui s’engagent à élaborer des politiques et réglementations relatives à la consommation de carburant des véhicules : « la première chose à faire est de réduire les émissions dans le secteur des transports », a remarqué M. Cristián Bowen Garfias, Secrétaire d’État chilien chargé des Transports.Cela représente un grand coup d’accélérateur vers l’objectif fixé au Sommet de New York sur le climat : 100 pays en 2016. L’objectif de la GFEI est de multiplier par deux l’efficacité énergétique du parc mondial des véhicules légers d’ici 2050, soit une réduction cumulée de plus de 30 gigatonnes de CO2.

Entreprises, villes, gouvernements nationaux et associations rassemblés s’engagent pour l’électromobilité, appelant d’autres acteurs à les rejoindre

Lancée aujourd’hui, la Déclaration de Paris sur l’électromobilité et les changements climatiques et l’Appel à l’action, souscrits par Tesla Motors, Michelin, l’Alliance Renault-Nissan, le Programme des Nations Unies pour l’environnement, l’Association internationale de l’énergie et plusieurs initiatives clés, s’appuie sur les engagements des entreprises, des villes, des États, des associations ainsi que de centaines de partenaires qui ont entrepris des efforts décisifs en faveur de l’électrification durable des transports, et appelle de nouveaux partenaires à s’y joindre et à élargir ces efforts. Selon l’Agence internationale de l’énergie, si l’on veut limiter le réchauffement climatique à 2° C voire moins, il faut d’une part qu’au moins 20 % des véhicules routiers (voitures, 2- et 3-roues, poids lourds, autobus, etc.) fonctionnent à l’électricité d’ici 2030, et d’autre part que la production d’électricité et d’hydrogène soit sobre en carbone. Mme Ségolène Royal a lancé un appel à l’action pour aller de l’avant et réaliser cet objectif grâce au renouvellement des parcs de véhicules, au déploiement accéléré des infrastructures de recharge et au renforcement de l’innovation. La Ministre française a ensuite lancé un appel mondial pour la mise au point, le développement et la vente de véhicules électriques abordables, à un prix inférieur à 7 000 euros.

Des plans de mobilité urbaine durable dans une centaine de villes en forte expansion et dans 20 pays

Lancée aujourd’hui, l’initiative MobiliseYourCity vise à soutenir 100 villes et 20 pays en développement ou émergents d’ici 2020, pour concevoir et mettre en œuvre des plans de mobilité urbaine durable et des politiques de transports urbains à l’échelle nationale. Chacune des villes participantes s’engage à réduire ses émissions liées aux transports urbains de 50 à 75 % d’ici 2050 par rapport au scénario de « politiques inchangées ». Une phase pilote sera lancée en 2016 et concernera 20 villes dans 13 pays (Afrique, Asie du Sud, Amérique du Sud et Moyen-Orient). Pour M. Robert Meugré Mambé, gouverneur du district d’Abidjan, cette initiative donne la possibilité de mieux faire correspondre les transports urbains à l’aménagement du territoire et d’obtenir des bénéfices en matière d’action climatique, d’offrir une meilleure qualité de vie et de réduire les coûts des transports pour la population. Les partenaires bailleurs de fonds se sont engagés à fournir 5,5 millions d’euros pour soutenir cette initiative qui pourrait changer la donne, dont une contribution de 2 millions d’euros provenant du Fonds français pour l’environnement mondial.

56 partenaires s’engagent pour la transformation du fret, dont la contribution aux émissions liées aux transports connaît la croissance la plus rapide

Le Plan d’action mondial pour un fret respectueux de l’environnement, relevant de la Coalition pour le climat et la qualité de l’air (CCAC en anglais), est un partenariat mondial, multi-acteurs et multimodal qui vise à fournir un cadre mondial pour réduire considérablement les émissions de dioxyde de carbone, de carbone noir et d’autres polluants dans le secteur du fret d’ici 2025. 13 nouveaux pays se sont engagés à mettre en place une initiative ou un programme de fret respectueux de l’environnement, soit un doublement depuis le Sommet de New York sur le climat de 2014.

De nouveaux efforts concernant l’aviation, les transports publics et le rail par rapport aux annonces du Sommet de New York en 2014

Pour stabiliser les émissions du secteur de l’aviation d’ici 2020, 74 plans d’action visant à accélérer la mise en œuvre de mesures d’atténuation par les États ont été remis à l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), ce qui représente 80,6 % des émissions de CO2 de l’aviation internationale. Les membres du Groupe d’action sur les transports aériens (ATAG), qui représente notamment plus de 1 860 aéroports et 258 sociétés aériennes internationales ainsi que d’autres entités, mettent en place des programmes et engagent des milliards de dollars dans de nouveaux avions, dans l’amélioration de l’efficacité d’exploitation, dans les airs comme au sol, et dans les sources d’énergie alternatives. L’initiative Accréditation carbone des aéroports (ACA) réunit 134 aéroports qui se sont engagés à mesurer, à notifier et à réduire les émissions liées à leurs activités. L’Union internationale des transports publics (UITP) a rassemblé 125 nouveaux engagements dans l’objectif de doubler la part de marché des transports publics d’ici 2025, parmi lesquels l’engagement fort de la RATP, présenté par Elisabeth Borne, PDG du groupe, de renouveler le parc des 4 500 autobus de la région parisienne en y incluant 80 % de véhicules électriques d’ici 2025. Dans le cadre de l’initiative de l’Union internationale des chemins de fer (UIC), de plus en plus de dirigeants de sociétés de chemin de fer s’engagent à ce que leur entreprise mette en place des politiques de réduction de leur consommation énergétique finale et de leurs émissions de CO2 liées à l’exploitation ferroviaire.

Pour en savoir plus sur les initiatives présentées à l’événement thématique sur les transports, merci de vous reporter au dossier de presse en ligne (en anglais) : http://newsroom.unfccc.int/media/509508/lpaa-primer.pdf

 

À PROPOS DE LPAA

Le Plan d'Actions Lima-Paris est une entreprise conjointe des présidences péruvienne et française de la COP, du Bureau du Secrétaire général des Nations Unies et du secrétariat de la CCNUCC. Il vise à renforcer l'action climatique en 2015, à Paris en décembre et bien au-delà: mobiliser une action mondiale robuste pour des sociétés à bas carbone et résilientes; fournir un soutien accru aux initiatives existantes, telles que celles lancées pendant le Sommet du Secrétaire général sur le climat à New York en septembre 2014; et mobiliser de nouveaux partenaires et fournir une plate-forme pour la visibilité de leurs mesures, engagements et résultats en amont de la COP 21. Pour en savoir plus, visitez http://newsroom.unfccc.int/lpaa-fr/a-propos/

POUR DE PLUS AMPLES INFORMATIONS

Programme des événements en ligne: http://newsroom.unfccc.int/lpaa/cop-21/#Events

Plateforme NAZCA des engagements. Plus de 10 000 actions concrètes, venant de villes, d’entreprises, d’investisseurs, de fondations, d’ONG, etc. : http://climateaction.unfccc.int/

Attachée de presse LPAA: Diane Gaillard | +33 6 99 62 49 79 | presse@cop21.gouv.fr

Contacts presse pour l’événement thématique: melanie.ben@fr.michelin.comou patrick.oliva@fr.michelin.com ou cornie.huizenga@slocatpartnership.org

Twitter CCNUCC:  @UNFCCC (ang), @CCNUCC (fr), @CMNUCC (esp), @UNKlima (all)

Twitter LPAA: @LPAA_Live | #LPAA

YouTube CCNUCC: https://www.youtube.com/user/climateconference

YouTube COP21: http://bit.ly/1G7HWWj

Flickr (photos libres de droits): https://www.flickr.com/photos/136161474@N05/albums

Lettre d'information