Hero Background

Résilience

LIRE LA SUITE
FERMER

Le changement climatique accroît la fréquence et l'ampleur des catastrophes naturelles et exacerbe la vulnérabilité de beaucoup. Il est donc crucial de renforcer résilience et capacité d'adaptation, surtout pour les pauvres qui sont les plus touchés. Photo ©C&S Northway

Header Image

Contact: david.elkaim@diplomatie.gouv.fr, michel.pre@diplomatie.gouv.fr

Tous les ans, les catastrophes dues à des extrêmes climatiques tels que cyclones tropicaux, tempêtes violentes, inondations, vagues de chaleur et sécheresses entraînent de nombreux décès et désastres socio-économiques. Ces catastrophes risquent de compromettre gravement le développement et la croissance, en particulier dans les pays les moins à même de réagir.

Dans ce contexte, l’initiative «Risques climatiques et systèmes d’alerte précoce» a pour objet d’accroître sensiblement la capacité des systèmes d’alerte précoce multidanger.

Ces systèmes produisent et diffusent efficacement des alertes précoces axées sur les impacts et des informations sur les risques de phénomènes hydrométéorologiques et climatiques dangereux. Ils protègent les personnes, les moyens de subsistance et les biens dans plus de 50 pays parmi les moins avancés (PMA) et petits États insulaires en développement (PEID).

De nombreux pays ont renforcé leurs systèmes d’alerte précoce multidanger en améliorant leurs services d’alerte météorologique, leurs plans d’urgence et leurs opérations.

Les pays qui ont adopté de tels systèmes ont observé une réduction spectaculaire du nombre de décès dus à des extrêmes météorologiques.

La capacité de mettre en œuvre des systèmes d’alerte précoce reste très variable selon les pays et les régions. Certains PMA et PEID risquent particulièrement d’avoir une capacité insuffisante de produire des alertes critiques pour les autorités nationales et locales et les habitants.

L’initiative est fondée sur les résultats. D’ici 2020, tous les PMA et les PEID concernés devraient disposer d’un système d’alerte précoce et d’information sur les risques au moins modeste. D’ici 2020, on compte mobiliser 100 millions de dollars É.-U. dans le cadre de l’initiative pour combler les lacunes des programmes existants de coopération bi et multilatérale. Un fonds d’affectation spéciale administré par le Dispositif mondial de réduction des effets des catastrophes et de relèvement permettra de financer le développement des institutions et des organisations d’application et leurs activités.

Une analyse dynamique des besoins réalisée par le Dispositif mondial de réduction des effets des catastrophes et de relèvement, l’Organisation météorologique mondiale et le Bureau des Nations Unies pour la prévention des catastrophes indique que 100 millions de dollars É.-U. sont nécessaires d’ici 2020 pour atteindre les objectifs de l’initiative.

L’initiative réunit le Dispositif mondial de réduction des effets des catastrophes et de relèvement relevant de la Banque mondiale, l’Organisation météorologique mondiale et le Bureau des Nations Unies pour la prévention des catastrophes en vue de renforcer les systèmes d’alerte précoce qui se trouvent au cœur de la résilience.

Crédit photo: Frederic de La Mure (Minister of Foreign Affairs France)

Lettre d'information