Hero Background

Résilience

LIRE LA SUITE
FERMER

Le changement climatique accroît la fréquence et l'ampleur des catastrophes naturelles et exacerbe la vulnérabilité de beaucoup. Il est donc crucial de renforcer résilience et capacité d'adaptation, surtout pour les pauvres qui sont les plus touchés. Photo ©C&S Northway

Header Image

Plus de deux milliards de dollars mobilisés pour protéger les populations vulnérables des phénomènes climatiques extrêmes

Accroître la résilience est essentiel pour garantir les avantages passés et futurs du développement face aux changements climatiques

Paris, le 2 décembre 2015 – Dans le cadre du Plan d’action Lima-Paris, de grands partenariats internationaux s’attachent à mobiliser des financements de grande ampleur afin de protéger les populations les plus vulnérables aux incidences du climat. Il est en effet essentiel de renforcer la résilience climatique au niveau mondial pour garantir les avantages chèrement acquis du développement et faire en sorte que les investissements à venir ne soient pas perdus face aux changements climatiques. 

Plusieurs annonces ont été faites aujourd’hui dans le cadre du Plan d’action Lima-Paris, au cours de la deuxième partie de l’événement thématique « Résilience » consacré à l’édification de sociétés et d’économies plus résilientes pour les populations vulnérables aux effets des changements climatiques.

"Comment nous assurer que la COP21 et ses résultats incluent également une forte dimension de résilience que les gouvernements français et péruvien ont aidé à mettre en avant aujourd'hui ? C'est une opportunité remarquable. Je ne me souviens pas avoir déjà vu cela dans une COP. Les volets d'adaptation et de mitigation se rejoignent enfin", a déclaré Margareta Wahlstrom, Sous-secrétaire générale pour la réduction des risques de catastrophes des Nations unies.

Les phénomènes climatiques extrêmes affectent d’ores et déjà plusieurs centaines de millions de personnes chaque année en mettant en péril ou en détruisant leurs moyens de subsistance, leurs foyers et leur environnement. La Fondation Rockefeller estime qu’au cours des trente dernières années, le tiers des montants consacrés au développement a été perdu du fait de ces crises récurrentes, soit une perte totale de 3.800 milliards de dollars pour le monde entier. "Les catastrophes naturelles ont un coût humain et financier considérable. En 10 ans, elles ont fait 700 000 victimes, ont affecté le quotidien de 2 milliard de personnes et coûté 1 400 milliard d'euros" explique Annick Girardin, Secrétaire d’État au Développement et à la Francophonie. 

À l’inverse, des sociétés et des économies résilientes souffrent moins et se rétablissent plus rapidement de ces catastrophes naturelles.

"L'action dans le domaine de la résilience n'a rien à voir avec la charité mais avec la responsabilité et la solidarité internationale. Faire face au défi de la résilience est urgent mais les résultats seront positifs" a ajouté Mary Robinson, Envoyée spéciale des Nations unies pour le changement climatique. 

Les initiatives présentées lors de l’événement thématique consacré à la résilience recouvrent l’ensemble des besoins des populations confrontées aux incidences de plus en plus prononcées des changements climatiques et mettent en évidence le fait que l’on ne peut parvenir à une résilience efficace si ses différents aspects ne sont pas liés entre eux. Fournir un système d’alerte précoce de phénomènes climatiques extrêmes peut, par exemple, sauver des vies humaines mais n’apporte aucun avantage économique supplémentaire si les intéressés ne peuvent pas d’abord se faire assurer. 

Ces initiatives portent sur les domaines suivants :

Des systèmes d’alerte précoce pour plus de cinquante pays les moins avancés et petits États insulaires :

Une coalition a été mise en place afin de développer d’ici à 2020 des systèmes d’alerte précoce pour plus de cinquante pays les moins avancés et petits États insulaires en développement. L’initiative CREWS (Climate Risks and Early Warning Systems, systèmes d’alerte précoce face aux risques climatiques) devrait recueillir au cours de cette période 100 millions de dollars des États-Unis afin de combler les lacunes des programmes de coopération bilatéraux et multilatéraux existants, avec le soutien d’un fonds d’affectation spéciale hébergé par le Dispositif mondial de réduction des effets des catastrophes et de relèvement. Aujourd'hui à la COP21, 80 million de dollars ont été engagés pour soutenir cette initiatives par les gouvernements d'Australie, Canada, France, Allemagne, Luxembourg et des Pays-Bas. « La prévention est toujours la solution la moins coûteuse », a déclaré Mme Annick Girardin, secrétaire d’État au Développement et à la Francophonie du gouvernement français ; « CREWS a pour but de sauver des vies ».

Donner accès à l’assurance à 400 millions de personnes vulnérables en l’espace de cinq ans :

L’initiative InsuResilience du G7 agira auprès de groupements régionaux existants en matière de gestion des risques et d’assurance, comme la Capacité africaine de gestion des risques et le Dispositif d’assurance catastrophes naturelles pour les Caraïbes (CCRIF), afin de donner accès dans les cinq ans à venir à des services d’assurance à 400 millions de personnes des pays les plus vulnérables.

Un engagement initial de l’Allemagne pour un montant de 150 millions d’euros va permettre de mettre en place cette initiative et d’engager la première phase de sa mise en œuvre. Pendant la Journée de l'Action, les pays du G7 ont engagé des ressources supplémentaires, permettant d'atteindre un montant global de 420 million de dollars. InsuResilience soutiendra également le développement de systèmes d’alerte précoce dans les pays les plus vulnérables.

Accroître la résilience des communautés locales au Sahara et au Sahel :

La Muraille verte pour le Sahara et le Sahel est une initiative de grande ampleur menée par les États d’Afrique et qui ambitionne de rétablir la productivité et la vitalité de la région du Sahel tout en élaborant des solutions aux défis les plus urgents auxquels l’Afrique est confrontée en matière de développement. Elle vise à renforcer la résilience des communautés locales de la région face aux changements climatiques et à développer la sécurité alimentaire des 20 millions de personnes menacées de famine au Sahel.

Il a été annoncé hier que la Banque mondiale affecterait 2,2 milliards de dollars des États-Unis aux investissements destinés à la Muraille verte et au lac Tchad.

Un partenariat de 150 millions de dollars afin de mobiliser davantage de fonds pour l’Afrique et l’Asie :

Le Partenariat mondial pour la résilience (GRP) augmentera dans les cinq ans à venir ses capacités d’investissement dans des mesures innovantes de résilience en mobilisant des financements complémentaires et en invitant d’autres acteurs à se joindre à lui. Déjà doté de 150 millions de dollars des États-Unis, le GRP se fixe pour objectif de renforcer la résilience dans le Sahel, la Corne de l’Afrique et l’Asie du Sud et du Sud-Est en accordant la priorité à des actions intersectorielles en collaboration et à des innovations qui permettront à des communautés vulnérables de mieux gérer les changements climatiques et de mieux s’y adapter. Les financements complémentaires lui permettront de couvrir d’autres zones hautement vulnérables.

L’Union européenne mobilise 125 millions d’euros pour les pays touchés par « El Niño » :

L’Union européenne a annoncé aujourd’hui une contribution de 125 millions d’euros destinée à financer des actions d’urgence dans les pays d’Afrique, des Caraïbes et d’Amérique centrale et du Sud touchés par le phénomène météorologique extrême dit « El Niño ». Ce soutien contribuera à l’effort conjoint dans les domaines de l’aide d’urgence aux victimes et du renforcement de la résilience dans les pays considérés. Associant aide humanitaire et aide au développement afin de faire face aux besoins immédiats en matière de nutrition, d’eau et d’assainissement, de santé et d’abris, il permettra d’apporter un appui aux structures de santé, de fournir de la nourriture et de l’eau potable et de distribuer des suppléments de nourriture aux femmes enceintes et aux enfants. Il contribuera également à renforcer la résilience des pays les plus exposés en développant la préparation aux catastrophes et les mécanismes de réaction rapide ainsi qu’en soutenant des solutions de développement à long terme.

Une initiative des Nations Unies pour renforcer la capacité d’anticipation, d’absorption et de reformulation :

Une nouvelle initiative a été lancée par le Secrétaire général Ban Ki-moon et treize membres du système des Nations Unies afin de renforcer la résilience aux changements climatiques dans les pays les plus vulnérables du monde. Dénommée A2R pour anticipate, absorb, reshape (« anticiper, absorber, reformuler »), elle a pour but de développer la capacité des pays à anticiper les dangers, absorber les chocs et reformuler le développement pour réduire les risques climatiques. Cette nouvelle initiative est destinée à faire face aux besoins de près de 634 millions de personnes, soit 10 % de la population mondiale, vivant dans des zones côtières à risque situées quelques mètres à peine au-dessus du niveau actuel des mers ou dans des zones soumises à des risques de sécheresse ou d’inondation. Rassemblant des organisations du secteur privé, des gouvernements, des institutions spécialisées des Nations Unies, des organismes de recherche et d’autres acteurs afin de développer des solutions porteuses de transformation, elle est axée sur les petits États insulaires en développement, les pays les moins avancés et les pays d’Afrique.

« Il est temps de passer du risque à la résilience, a déclaré M. Ban Ki-moon. Cette initiative est un partenariat multipartite qui vise à accélérer avant 2020 la résilience climatique des plus vulnérables en renforçant trois éléments : premièrement, la capacité de mieux anticiper les dangers climatiques et de mieux y réagir grâce à l’alerte précoce et à une action rapide ; deuxièmement, la capacité d’absorber les chocs en développant l’assurance et la protection sociale ; troisièmement, la capacité d’adapter le développement afin de réduire les risques aux niveaux national et international ».

Les initiatives du LPAA consacrées à la résilience sont à l’heure actuelle :

  • la Muraille verte pour le Sahara et le Sahel
  • les Systèmes d’alerte précoce face aux risques climatiques (CREWS)
  • l’initiative InsuResilience du G7
  • le Mécanisme pour la sécurité alimentaire et la résilience climatique
  • l’Initiative R4 en faveur de la résilience des communautés rurales
  • le Partenariat mondial pour la résilience
  • A2R : anticiper, absorber, reformule

Le Plan d’action Lima-Paris

Le Plan d’Action Lima-Paris (LPAA) est une initiative conjointe des présidences péruvienne et française de la COP, du cabinet du Secrétaire général des Nations Unies et du secrétariat de la CCNUCC qui vise à renforcer l’action en faveur du climat pendant toute l’année 2015, en décembre à Paris et au-delà, en mobilisant une forte action internationale pour ouvrir la voie à la transition vers des sociétés résilientes et sobres en carbone, en fournissant un soutien accru aux initiatives existantes telles que celles lancées pendant le Sommet sur le climat organisé par le Secrétaire général des Nations Unies à New York en septembre 2014, en mobilisant de nouveaux partenaires et en créant une plate-forme pour garantir la visibilité de leurs actions, de leurs engagements et de leurs résultats pendant la période précédant la COP21.Pour en savoir plus : http://newsroom.unfccc.int/lpaa/about/.

Pour de plus amples informations :

Attachée de presse LPAA : Diane Gaillard /+33 6 99 62 49 79/ lpaa@cop21.gouv.fr
Contact de presse pour la résilience : Dan Shepard, shepard@un.org , +1 212 963-9495

Dossier de presse LPAA : http://newsroom.unfccc.int/lpaa/cop-21/#Events

Plate-forme NAZCA (plus de 10.00 actions concrètes entreprises par des villes, des entreprises, des investisseurs, des fondations, des ONG, etc.) : http://climateaction.unfccc.int/

Comptes twitter de la CCNUCC :

Anglais : https://twitter.com/unfccc
Français : https://twitter.com/CCNUCC
Espagnol : https://twitter.com/CMNUCC
Allemand : https://twitter.com/UNKlima

Compte Flickr : https://www.flickr.com/photos/136161474@N05/albums
Youtube CCNUCC :https://www.youtube.com/user/climateconference

 

Lettre d'information