Hero Background

Bâtiments

LIRE LA SUITE
FERMER

La population urbaine augmente et avec elle, le parc immobilier et les émissions. Il faut donc réduire radicalement la consommation d'énergie en améliorant la performance énergétique des bâtiments neufs et la rénovation des anciens. Photo ©Y.Caradec

Header Image

Les ministres finlandais, français, marocain, suédois et sénégalais, des représentants d’organisations internationales, des PDG de multinationales et des représentants de la société civile lancent une alliance qui vise à accélérer et amplifier le potentiel du secteur dans la lutte contre les changements climatiques.

Paris, le 3 décembre 2015 - 20 pays (Allemagne, Armenie, Autriche, Brésil, Cameroun, Canada, Etats-Unis d’Amérique, Finlande, France, Indonésie, Japon, Maroc, Mexique, Norvège, Sénégal, Singapour, Suède, Tunisie, Ukraine, Emirats Arabes Unis, Vietnam) et plus de 60 organisations ont lancé mercredi une Alliance mondiale pour les bâtiments et la construction d’une ampleur sans précédent visant à accélérer et amplifier la capacité considérable du secteur à réduire ses émissions et à véritablement renforcer la résilience climatique dans les villes et infrastructures du futur. 

Ibrahim Thiaw (PNUE et co-fondateur de l’Alliance) a souligné que le secteur du bâtiment représente 30% des émissions mondiales de CO2. “Ce qui sera fait dans le secteur est crucial pour l’avenir des pays en voie de développement,” a-t-il dit.

Cette alliance, qui rassemble des pays, des villes, des ONG, des organisations publiques et privées, des réseaux professionnels, de villes ainsi que des institutions financières, a annoncé l’initiative à Paris lors de la journée du Plan d'Actions Lima-Paris dédiée au bâtiment. Parmi les membres, l’Union internationale des architectes (UIA) représente désormais, grâce à des organisations nationales d’architecture, près de 1,3 million d’architectes dans le monde ; le Conseil mondial pour le bâtiment vert (World Green Building Council, WGBC) représente 27 000 entreprises engagées dans le secteur des bâtiments verts dans le monde ; la Royal Institution of Chartered Surveyors (RICS) représente 180 000 d’experts du bâtiment dans le monde ; la Fédération de l’Industrie européenne de la construction (FIEC) représente des employeurs du secteur de la construction à travers 33 fédérations nationales dans 29 pays.

Pierre-André de Chalendar, PDG de Saint-Gobain, a lancé un appel en faveur de politiques publiques ambitieuses dans le secteur du bâtiment, ajoutant que « le secteur privé fait déjà partie de la solution ».

Entre autres membres, l'Union internationale des architectes (UIA), représente aujourd'hui près de 1,3 million d'architectes au niveau mondial ; le World Green Building Council (WGBC) représente 27 000 entreprises engagées dans les bâtiments verts dans le monde entier ; la Royal Institution of Chartered Surveyors (RICS) représente 180 000 experts de l'immobilier au niveau mondial ; la Fédération européenne des industries de la construction (FIEC) représente les employeurs du secteur de la construction par le biais de 33 fédérations nationales réparties dans 29 pays.

Pierre-André de Chalendar, PDG de Saint-Gobain, a demandé la mise en œuvre de politiques publiques ambitieuses dans le secteur du bâtiment, déclarant par ailleurs que « le secteur privé faisait partie de la solution ».

Le secteur du bâtiment et de la construction est à l’origine de 30 % des émissions mondiales de CO2. L'intégration des politiques et technologies disponibles aujourd'hui permettrait d'éviter environ 3,2 GtCO2 d’émissions d’ici 2050. Réduire la demande énergétique dans ce secteur est l'une des stratégies les plus rentables pour parvenir à des réductions significatives d'émissions de gaz à effet de serre.

L’immobilier représente environ 50% de la richesse mondiale. La transformation du secteur demande des investisseurs 220 milliards de dollars additionnels d’ici 2020 – près de 50% d’augmentation des investissements de 2014 dans l’efficacité énergétique des bâtiments – mais moins de 4% du total mondial annuel actuel de l’investissement dans l’activité de la construction (8.5 mille milliards de dollars/an). Les rendements sur investissement pourraient représenter jusqu’à 124% si les investissements dans des politiques ambitieuses et des plans d’action pour la technologie sont faits dès maintenant.

À ce jour, 91 pays ont pris des engagements sur des programmes nationaux ou des projets et plans relatifs au bâtiment dans leurs contributions nationales (CPDN), les déclarations des pays sur les éléments pour lesquels ils sont prêts à s’engager.

Avec un soutien et une sensibilisation accrus, bien plus de gens pourraient prendre conscience de la capacité du secteur du bâtiment à contribuer à la réalisation de leurs objectifs nationaux. Cependant, ce secteur est très localisé et il a besoin de la coordination de multiples acteurs. Ce point est le premier objectif de la nouvelle alliance.

Étant donné que les villes ne cessent de croître, au point où plus de 70 % de la population mondiale habitera dans des zones urbaines, il devient indispensable que le secteur réduise ses émissions et renforce sa résilience aux changements climatiques.

Les actions comprendront :

  • une limitation au minimum de la demande énergétique,
  • l'écologisation de la chaîne de valeur de la construction,
  • l'intégration des énergies renouvelables au sein des systèmes énergétiques de quartier,
  • la mise en œuvre d'une conception des bâtiments et d'une planification urbaine intégrées et
  • la participation des institutions financières.

À propos du Plan d’Actions Lima-Paris

Le Plan d'Actions Lima-Paris est une entreprise conjointe des présidences péruvienne et française de la COP, du Bureau du Secrétaire général des Nations Unies et du secrétariat de la CCNUCC. Il vise à renforcer l'action climatique en 2015, à Paris en décembre et bien au-delà: mobiliser une action mondiale robuste pour des sociétés à bas carbone et résilientes; fournir un soutien accru aux initiatives existantes, telles que celles lancées pendant le Sommet du Secrétaire général sur le climat à New York en septembre 2014; et mobiliser de nouveaux partenaires et fournir une plate-forme pour la visibilité de leurs mesures, engagements et résultats en amont de la COP 21. Pour en savoir plus, visitez http://newsroom.unfccc.int/lpaa-fr/a-propos/

POUR DE PLUS AMPLES INFORMATIONS:

Programme des événements du LPAA en ligne  http://newsroom.unfccc.int/lpaa/cop-21/#Events

Attachée de presse du LPAA                         Diane Gaillard | +33 6 99 62 49 79 | lpaa@cop21.gouv.fr

Contacts presse pour l'événement                  Sophie Loran: sophie.loran@unep.org + 33 1 44 37 42 83

Plate-forme NAZCA: Plus de 10 000 actions concrètes de villes, des engagements en faveur du climat d'entreprises, d’investisseurs, de fondations, d'ONG : http://climateaction.unfccc.int/

Twitter CCNUCCC                                          @UNFCCC (ang), @CCNUCC (fr), @CMNUCC (esp), @UNKlima (all)

Twitter LPAA                                                       @LPAALive | #LPAA

YouTube CCNUCC                                               https://www.youtube.com/user/climateconference

YouTube COP21                                                     http://bit.ly/1G7HWWj

Flickr (photographies libres de droits)             https://www.flickr.com/photos/136161474@N05/albums

 

Lettre d'information