Hero Background

Plan d’Actions

Lima-Paris

LIRE LA SUITE
FERMER

Le Programme d'Actions Lima-Paris rassemble les acteurs étatiques et non-étatiques sur la scène mondiale pour accélérer l'action de coopération pour le climat, maintenant et à l'avenir, en soutien au nouvel accord universel sur le changement climatique auquel les gouvernements parviendront à Paris. Photo © Jiuguang Wang

Présentation du Plan d’Actions Lima-Paris

Le Plan d’Actions Lima-Paris répond à la demande faite aux futures Présidences de la COP de renforcer la mise en œuvre de l’action climatique. L’objectif de ce document, rédigé par la présidence péruvienne de la COP20/CMP10, la future présidence française de la COP21/CMP11, le secrétariat de la CCNUCC et le Bureau exécutif du Secrétaire général des Nations Unies (à savoir le ‘Quartet’), est de compléter la déclaration du 13 décembre 2014 portant sur le “Plan d’Actions Lima-Paris”. Il explicite le contexte et fournit des directives et des orientations pratiques tant pour les acteurs étatiques que non-étatiques leur permettant de mettre en œuvre la déclaration et de soutenir le processus de la CCNUCC. Des éléments complémentaires seront progressivement intégrés dans ce document.

Les conditions d’un succès à Paris

La COP21 à Paris sera un succès si la transition vers des sociétés résilientes et peu émettrices de gaz à effet de serre (GES) devient crédible pour l'avenir du monde entier. Cela voudrait dire une augmentation moyenne de température de 1,5°c à 2°c par rapport à l'ère préindustrielle, grâce à la mise en œuvre des mesures adaptées.

Pour cela, le nouvel accord juridique sur le régime climatique de l’après 2020 dans le cadre de la CCNUCC devra s’appliquer à tous, être équitable et ambitieux, répondre aux enjeux de l’atténuation et de l’adaptation aux changements climatiques de manière transparente et vérifiable, et, enfin, fournir des moyens adéquats de mise en œuvre : financiers, technologiques et de renforcement des capacités.

Des contributions nationales ambitieuses (INDC) des Parties à la CCNUCC, communiquées bien en amont de la conférence de Paris, constitueront une étape cruciale pour permettre un succès à Paris, puisqu’elles attesteront d’un engagement fort envers notre objectif commun.

Un financement pré 2020 et à long-terme devra être mobilisé par le biais de sources publiques et d’investisseurs privés, d’institutions financières internationales et d’instruments financiers innovants pour accompagner cette transition et pourvoir à des activités résilientes et à faibles émissions de carbone.

Le Plan d’Actions vise à témoigner de l’engagement des acteurs non-étatiques à agir à court et long termes pour parvenir à un nouvel accord juridique ambitieux en 2015.

Le Plan d’Actions implique tant les acteurs étatiques que les acteurs non-étatiques (gouvernements nationaux, villes, régions et autres entités locales, organisations internationales, société civile, peuples autochtones, femmes, jeunes, universités, et entreprises) où chacun agit en tant qu’entités individuelles ou au travers de partenariats. Le Plan d’Actions vise à accélérer l’action pré 2020 et au-delà.

Pour cela, le Plan d’Actions doit susciter un engagement croissant des acteurs non-étatiques et présenter des initiatives de coopération concrètes, ambitieuses et durables, accompagnées de feuilles de route comportant des délais de mise en œuvre.

Le rôle du Plan d’Actions Lima-Paris

Le Plan d’Actions Lima-Paris est une initiative conjointe des présidences péruvienne et française de la COP, du Bureau exécutif du Secrétaire général des Nations Unies et du Secrétariat de la CCNUCC. Il vise à renforcer l’action en faveur du climat pendant toute l’année 2015, en décembre à Paris et au-delà:

  1. en mobilisant une forte action internationale pour s’orienter vers des sociétés résilientes et à faibles émissions de carbone;
  2. en fournissant un soutien accru aux initiatives existantes, telles que celles lancées pendant le Sommet sur le climat organisé par le Secrétaire général à New York en septembre 2014;
  3. en mobilisant de nouveaux partenaires et en créant une plateforme pour garantir la visibilité de leurs actions, de leurs engagements et de leurs résultats pendant la période précédant la COP21.

Étapes clés

Pendant la COP21, le Quartet répondra à l’Appel de Lima pour l’Action climatique en convoquant une Réunion de haut niveau sur l’action climatique, la « Journée de l’action », qui se tiendra le 5 décembre.

La Journée de l’action sera soutenue par une série de journées d’action thématiques ou « Focus » : villes et collectivités, efficacité énergétique, énergies renouvelables, transport, innovation, agriculture, forêts, financement privé, résilience, bâtiments, entreprises, polluants à courte durée de vie. Elles consisteront en une série d’événements de haut niveau qui mettront en évidence l’envergure des engagements individuels et collectifs dans chaque secteur. Celles-ci permettront aux intervenants de présenter les problèmes et les pistes de solutions existantes pour chacun des principaux domaines d’action du Plan.

Ces manifestations officielles, permettront de démontrer l’ampleur de la mobilisation, la crédibilité des engagements correspondants et devrait jouer un rôle positif dans la mise en œuvre du futur accord sur le climat après 2015.

Participer au Plan d’Action Lima-Paris

Actions et initiatives collaboratives impliquant des acteurs étatiques et non-étatiques

Une séries d’initiatives coopératives ont été lancées lors du Sommet de New York en septembre 2014 sur la base du volontariat, afin d’accélérer l’adoption de trajectoires et de solutions sobres en carbone et fiables. L’objectif du Plan d’Actions Lima Paris est d’aider les initiatives existantes.

Parallèlement, le Plan d’Action Lima-Paris recherche de nouvelles initiatives, particulièrement dans les secteurs ou dimensions les moins explorés. Plusieurs initiatives coopératives complémentaires ont été développées au cours des derniers mois et de nombreuses entreprises et collectivités ont pris des engagements très ambitieux.

Quelques exemples d’engagement :

Gouvernements nationaux

Une coopération renforcée entre États ainsi qu'entre acteurs étatiques et non étatiques constitue un élément essentiel pour accélérer l’élaboration et le développement de solutions adaptées et raccourcir la phase d’apprentissage de la mise en œuvre.

Concrètement, les États pourraient s’engager :

  • en présentant les résultats de la mise en œuvre des initiatives qu’ils avaient rejoint lors du Sommet sur le Climat en 2014 et leurs contributions à celles-ci ;
  • en se ralliant à ces initiatives ou en s’y associant soit pour obtenir du soutien pour accélérer des mesures nationales, soit pour apporter une expertise et un soutien ;
  • en encourageant les acteurs non-étatiques nationaux à prendre des engagements individuels ou à se rallier à des initiatives existantes ;
  • en lançant de nouvelles initiatives.

Entreprises

La contribution du secteur privé est décisive pour le succès des négociations de Paris sur le climat (COP21) en décembre prochain. Il incombe aux entreprises d’adapter leurs modèles économiques pour contribuer à relever le défi de limiter la hausse des températures mondiales moyennes à 1.5-2°C au plus.

Nous nous employons à rallier un nombre toujours plus important d’entreprises à la dynamique d’action climat dans la perspective de la Conférence de Paris, afin d’ouvrir la voie à un monde résilient et sobre en carbone.

La meilleure façon pour le secteur privé de soutenir ces efforts est de s’engager individuellement dans des actions d’atténuation ou d’adaptation, et/ou d’adhérer à une initiative coopérative qui sera présentée lors de la COP.

Cette année, les entreprises ont les moyens d’inspirer les gouvernements et de les inciter à plus d’ambition.

Les entreprises peuvent s’engager dans le Plan d’Actions Lima-Paris selon trois axes principaux

1 - Engagements coopératifs

Il s’agit notamment de rejoindre des partenariats ou des initiatives coopératives. Plusieurs grandes organisations et coalitions travaillent à élaborer et promouvoir de grandes initiatives multipartites visant à accroître et encourager les actions en faveur du climat.

Plusieurs d’entre elles sont directement ouvertes au secteur privé. Les partenaires du Plan d'actions soutiennent ces initiatives, qui seront présentées à la COP.

Les initiatives peuvent mobiliser autour :

  • D'une action
  • D’une industrie
  • D’une technologie

2 - Engagements individuels

Il s’agit pour une entreprise de se fixer des objectifs individuels. Une transformation à grande échelle n’interviendra que si les entreprises intègrent systématiquement l’action en faveur du climat dans l’élaboration de leurs stratégies et dans leurs processus de décision en matière d’investissements. Afin d’enclencher une spirale d’ambition, ces objectifs doivent être annoncés publiquement et intégrés dans des processus de suivi quantifiés et assortis d’échéances. Les domaines clés sont les suivants :

  • Atténuation : réduire les émissions, améliorer l’efficacité énergétique, passer à des énergies renouvelables…
  • Résilience : mesure d’adaptation, évaluation des risques…
  • Financement : intégration des ESG et des risques climatiques, comptabilité carbone…

3 - Engagement des pouvoirs publics

Pour encourager les gouvernements à relever le niveau de leurs engagements et prendre des décisions ambitieuses à Paris, iI est essentiel que les entreprises plaident activement, auprès des gouvernements des pays où elles exercent leurs activités, en faveur de la mise en œuvre de politiques publiques encourageant les réductions d’émissions, notamment les politiques consistant à donner une valeur au carbone.

Villes et territoires

Des initiatives et des dynamiques sont déjà à l’œuvre entre les réseaux existants et leurs dirigeants: le Pacte des Maires, le Pacte des Régions, la Convention des Maires et des initiatives sectorielles. Cela ouvre la voie à l’émergence de nouvelles et audacieuses initiatives de collaboration et à une forte mobilisation des responsables avant la conférence de Paris.

Les acteurs impliqués au niveau des territoires pourraient participer en :

  • engageant des actions visant à réduire les GES, mais également à permettre une planification climatique et le renforcement de la résilience, ou en prenant des engagements sectoriels ;
  • s’engageant dans des initiatives à grande échelle et impliquant de multiples acteurs ;
  • contribuant à l’émergence de nouveaux partenariats qui soutiennent la connaissance, le développement des capacités et le financement.

De nouvelles initiatives de jumelage entre municipalités, institutions gouvernementales et locales pourraient également contribuer à accélérer les mesures d’atténuation et de résilience. Les Etats et les acteurs locaux pourraient également s’engager à travailler ensemble en adoptant une approche verticalement intégrée.

Crédibilité et visibilité du Plan d'actions

Utiliser un cadre permettant de garantir une forte crédibilité

Conférer plus de visibilité et de reconnaissance aux actions de coopération requiert qu’un cadre minimal soit mis en place afin de renforcer les engagements. Du point de vue du Quartet, toute initiative, qui résulte d’un engagement sectoriel ou individuel dans le cadre du Plan d’Actions devrait, d’ici la conférence de Paris, avoir pour but :

  • D’élaborer un narratif identifié faisant état tant des objectifs opérationnels et crédibles à court terme que des engagements indicatifs à long terme, et de montrer que les partenaires clés sont réunis autour d’une vision partagée et d’un plan d’actions permettant d’intensifier la transformation dans les secteurs stratégiques.
  • De démontrer sa pertinence et sa crédibilité, en ayant un fondement scientifique, en étant conforme à un objectif de réchauffement de 1,5-2°c et de résilience, et d’effectuer un suivi des progrès et des résultats tout en rendant compte du respect des engagements précédents.
  • De tenir dûment compte de la nécessité d’une démarche inclusive, dans le sens de l’intégration d’autres acteurs ou d’initiatives concernés.

Afin de faciliter l’information et le suivi, les initiatives du Plan d’Actions devraient être progressivement publiées sur le portail NAZCA. Ce Portail des Acteurs Non-Étatiques pour l’Action Climatique (Non-state Actor Zone for Climate Action), lancé lors de la Journée de l’Action à Lima en 2014, est l’outil le plus adapté pour enregistrer les engagements conformes à l’approche du Plan d’Actions. Ce portail centralise des informations fournies par ses partenaires professionnels fournisseurs de données parmi lesquels Carbonn, CID, CDP et IIGCC. Il compte inclure un plus grand nombre de fournisseurs de données, afin notamment de mieux rendre compte et de mettre en évidence des initiatives de collaboration solides. Il permet un suivi précis des progrès et la publication des résultats au fil des années

 


 

Gouvernance du Plan d’Actions Lima-Paris : Comité de pilotage

Le Plan d’Actions Lima-Paris tire parti de l’invitation aux futures Présidences de la COP pour promouvoir la mise en œuvre de l’action climatique. Un comité de pilotage a été constitué pour concevoir la stratégie et la mise en œuvre du Plan d'actions. Le comité de pilotage réunit la présidence péruvienne de la COP20/CMP10, la présidence française de la COP21/CMP11, le Secrétariat de la CCNUCC et le Bureau exécutif du Secrétaire général des Nations Unies. Chacune de ces organisation a désigné deux de ses membres afin de les représenter et de porter leurs messages.

France

undefined

Laurence Tubiana

Ambassadrice chargée des négociations sur le changement climatique
Représentante spéciale de la France pour la COP21

undefined

Sylvie Lemmet

Directrice des Affaires européennes et internationales, ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie
Coordinatrice Plan d’Actions Lima-Paris

Pérou

undefined

Rosa Morales Saravia

Représentante adjointe pour le changement climatique
Coordinatrice des négociations, ministère de l’Environnement du Pérou

undefined

Rómulo Acurio

Représentant adjoint pour le changement climatique, ministère des Affaires étrangères du Pérou (Photo: iisd)

Bureau exécutif du Secrétaire général des Nations Unies

undefined

Janos Pasztor

Sous-secrétaire général aux changements climatiques, Secrétariat général des Nations Unies

undefined

Selwin Hart

Directeur de l’équipe de soutien aux changements climatiques, Secrétariat général des Nations Unies

Convention Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques

undefined

Daniele Violetti

Chef de Cabinet de la Secrétaire exécutive, CCNUCC

undefined

Halldór Thorgeirsson

Directeur de la stratégie, CCNUCC

Lettre d'information