Hero Background

De Lima à Paris

LIRE LA SUITE
FERMER

La Conférence de Lima a défini les bases pour que les gouvernements concluent un nouvel accord international sur le changement climatique à la fin de l’année à Paris. Le nouvel accord a pour objectif de mettre en place un futur durable et faible en carbone tout en limitant la hausse de la température globale en-dessous de 2ºC.

Header Image

Premier jour du dialogue: Éducation au changement climatique et coopération internationale

Une fondation absolument centrale pour relever l'action climatique mondiale est d'assurer que le monde entier connait à la fois les dangers du changement climatique et les énormes opportunités qui se présentent en adoptant les solutions adéquates. En bref, nous devons comprendre la transformation qui doit être faite et nous équiper des compétences nécessaires dans le but de l’accomplir.

L’éducation au changement climatique dans son sens le plus large est la mission de l'article 6 de la Convention-cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) et cet objectif, y compris la coopération internationale sur la façon d'y parvenir, a fait l'objet du premier jour du dialogue annuel sur l'article 6, à Bonn, en Allemagne, au cours de la session de négociations de juin. Le dialogue a duré deux jours.

Christiana Figueres, Secrétaire exécutive de la CCNUCC a déclaré que l'action commence avec les individus et que l'objectif des dialogues devait aider à planter la question du changement climatique dans les programmes d'éducation et de formation dans le monde entier pour engager les individus et leur permettre de faire partie de la solution . Elle a dit:

Il ne s’agit pas seulement d’étudier le changement climatique, mais aussi de le comprendre. Il est essentiel de l'inclure dans les programmes d’éducation, mais il doit aussi être profondément intégré dans l'ADN-même de la notion d'éducation. Ce n’est pas simplement un autre cours à prendre; il s’agit de comprendre comment tout ce que nous étudions est affecté de manière transversale par le changement climatique. Il s’agit de comprendre la transformation pour être en mesure de l’influencer.

Lors de l'événement, Amena Yauvoli, Président de l'Organe subsidiaire de mise en œuvre (SBI) et président du groupe de négociation sur l'article 6, a accueilli les Parties de la CCNUCC, les représentants des programmes et corps constitués, les experts, les praticiens et les intervenants venus partager leurs expériences et échanger leurs idées, les meilleures pratiques avérées et les leçons apprises.

Pourquoi nos cerveaux sont-ils câblés de manière à ignorer le changement climatique - et comment les re-câbler ?

George Marshall, fondateur du Réseau d'information de sensibilisation climatique et auteur du livre N’y pensez même pas: Pourquoi nos cerveaux sont câblés de manière à ignorer le changement climatique, a prononcé un discours qui portait sur les façons de promouvoir de difficiles vérités à des publics qui les refusent, et les appliquer au changement climatique.

Il a dit que la communication et l'éducation sur le changement climatique doit se concentrer sur la nature émotionnelle et intellectuelle des gens parce que les messages académiques de la science du climat ne sont pas reçus de manière adéquate. Il a expliqué que la plupart des humains, naturellement, auront tendance à ignorer ce qui crée de l'anxiété et de l'incertitude, mais qu'ils agiront une fois qu'ils sont mûs par les émotions qui atteignent leurs valeurs fondamentales, individuelles ou collectives.

Voici une interview de George Marshall à l'occasion de sa participation à la conférence climat de Bonn:

Après une discussion confirmant que le changement climatique l'éducation va bien au-delà des limites de l'école, les processus formels et jeune public, Nick Nuttall, Responsable de la communication de la CCNUCC, a clos la session, en encourageant les participants à transformer toute la bonne volonté, la motivation et les idées proposées lors du dialogue en des mesures qui mettent ces idées en œuvre. Il a également souligné que les objectifs de développement durable de l'ONU offrent une opportuité dans des thèmes éducatifs communs avec le changement climatique. Il a ajouté:

Définir le changement climatique repose sur la façon de préparer les gens à vivre dans un monde en mutation.

Les présentations faites lors du dialogue sont disponibles sur le site de la CCNUCC.
Les participants au dialogue se sont aussi répartis en cinq groupes de réflexion pour examiner les sujets ci-dessous et sont arrivés aux conclusions suivantes:

Politiques, stratégies et approches à long terme pour l’éducation au changement climatique pour le développement durable

Il est impératif de se concentrer sur une communication et une transparence adéquates lorsqu'on traite de l’éducation au changement climatique. Il est aussi impératif que les décideurs en charge du changement climatique, de l'éducation et du développement durable travaillent ensemble pour adopter une approche éclairée et cohérente.

Favoriser la transformation de la société et le changement de comportement à travers l'éducation non-formelle et informelle

L'éducation à et de l’extérieur peut aider les personnes à se connecter davantage avec le monde naturel. Ce groupe a suggéré la mise en place d’une plateforme pour les personnes touchées par le changement climatique où elles pourraient raconter leurs histoires, de manière à conférer un côté humain au phénomène et à la science. Enfin, il a été proposé que les points focaux nationaux de l'article 6 et les ONG de la jeunesse coopérent davantage pour engager les jeunes. Le groupe a ajouté que ces recommandations devraient soutenir la sensibilisation des citoyens et des communautés entières et ne pas seulement se référer à un système scolaire.

De l’utilisation des technologies de l'information et de la communication pour la promotion de l'éducation au changement climatique

Il y a un fossé entre la disponibilité du matériel éducatif et l'accès à celui-ci qui doit être comblé par la création d'une plate-forme de communication centralisée pour promouvoir l’éducation au changement climatique, la production d'un programme éducatif générique pour compléter les programmes nationaux, et la création de programmes éducatifs pour les médias.

Les supports en papier doivent être conservés pour ceux qui n’accèdent pas facilement aux technologies de l'information et de la communication. De plus, des kiosques d'information pourraient être mis en place dans les communautés identifiées pour être à la fois à la disposition des écoles et des citoyens.

Renforcement de la mise en œuvre, de suivi et de la communication des données sur l'éducation au changement climatique

Le groupe a recommandé d'élaborer des normes pour surveiller la mise en œuvre des programmes, et que des indicateurs communs soient largement partagés, dont une terminologie commune pour nommer ce qui est communiqué. Le groupe de réflexion a identifié la nécessité pour les étudiants et les citoyens en général d’avoir la possibilité d'interagir avec les décideurs politiques et les acteurs sur le terrain, et pas seulement avec les enseignants. Enfin, le groupe a proposé un suivi de l'impact de l'éducation, tel que l'autonomisation: que deviennent les étudiants après avoir intégré une éducation adéquate sur le changement climatique?

Intensifier l’éducation au changement climatique grâce à la coopération internationale

Le groupe a proposé d'étendre la définition du mot «éducation» au-delà des institutions scolaires et d'engager des communautés entières à la place, à la fois formellement et informellement. Engager plus activement la communauté éducative dans ce processus serait également au service de l'objectif.

Deuxième jour: formation au changement climatique et coopération internationale

La deuxième journée du dialogue tenue le 3 Juin s’est axée sur le thème de la formation et de la coopération internationale. Les participants se sont divisés en groupes de réflexion autour des cinq thèmes ci-dessous et ont conclu les points suivants:

Formation et développement des compétences pour les emplois verts et le développement à faible émission

De forts signaux politiques sont l'un des principaux moteurs pour les emplois verts, et les investissements qui résultent dans la création d'emplois verts ont été la plus importants dans les pays qui ont fixé des objectifs politiques clairs. Il y a parfois un manque de compréhension des avantages des emplois verts pour le changement climatique. Une recommandation a été de ne pas seulement faire correspondre la formation ou des emplois verts avec des activités génératrices de revenus, mais aussi de renforcer la sensibilisation aux avantages climatiques correspondants.

Favoriser un développement résilient au changement climatique à travers le développement des compétences et la formation sur l'adaptation

Il n'y a pas de modèle universel pour la formation sur l’adaptation au changement climatique. Le défi ici est d'abord d’amener les gens au sein de leurs propres collectivités à comprendre comment le changement climatique les affecte, et d'adapter la formation à leurs besoins spécifiques. Un autre défi est d'assurer que les jeunes soient inclus. Une recommandation du groupe a été d'encourager le transfert des connaissances locales, par exemple à travers les échanges des jeunes. Ceci aiderait à maintenir l'équilibre entre le focus sur les besoins locaux et spécifiques et ce qui se passe dans le reste du monde.

Formation et autonomisation de groupes stratégiques pour mobiliser l'action climatique

Il y a souvent un manque de motivation pour se former dans le domaine du changement climatique et agir pour le climat. Cela va de pair avec l’inquiétude sur les conséquences de l'action climatique, comme la perception que conduire une voiture est une mauvaise chose. Dans ce contexte, il est nécessaire de promouvoir des messages plus positifs au sujet de l'action climatique, et de générer ainsi la notion d'un engagement commun pour la protection de notre planète. Le groupe a recommandé que des efforts soient déployés pour renforcer la connaissance du climat dans l'ADN structurel de nos sociétés.

Formation pour les formateurs et l'apprentissage professionnel

La formation des formateurs eux-mêmes est utile pour combler le fossé de l'évolutivité. Cependant, il arrive que les formateurs aient un tel niveau d'expertise qu'ils deviennent incapables de transmettre leur savoir de façon efficace. Une recommandation est de veiller à ce que l'accent soit mis non seulement sur ce sujet, mais aussi sur la méthode de formation, tout en faisant un suivi des résultats en s’assurant d’obtenir un retour des apprenants. Le groupe a noté l'importance de procurer les moyens techniques pour la formation, en utilisant les dernières technologies pour rendre les contenus disponibles et permettre aux formateurs de rester à jour à la fois sur le sujet et les méthodes de formation les plus récentes.

La formation sur le changement climatique évolue grâce à la coopération internationale

Mettre en place des formations sur le changement climatique ne signifie pas avoir une vision globale partagée. Il est plus efficace d'avoir une plate-forme de communication et de partage qui favorise la coopération. Dans un contexte mondial, il est important de savoir comment les gens apprennent de façon à adapter les méthodes en conséquence.

Le dialogue a été facilité par Katarzyna Snyder du ministère de l'Environnement de la Pologne, et son invité spécial Kartikeya V Sarabhai, Directeur du Centre pour l'éducation environnementale, en Inde, le premier jour. Au cours des deux jours, les participants au dialogue ont présenté plusieurs initiatives et programmes sur l'éducation et la formation au changement climatique menés dans le monde et ont partagé leurs résultats, les bonnes pratiques et les leçons apprises. Les exposés présentés lors du dialogue sont disponibles sur le site de la CCNUCC.

Dans ses conclusions, Mme Snyder a cité le proverbe africain suivant: "Si vous voulez aller vite, allez seul. Si vous voulez aller loin, allez ensemble".

En reprenant le thème de l'allocution de George Marshall à l'ouverture du dialogue, elle a souligné la nécessité de commencer à communiquer différemment sur le changement climatique, de toucher le cœur des gens ainsi que les esprits.

Nick Nuttall, le coordinateur du secrétariat de la CCNUCC pour la communication et la sensibilisation, a remercié M. Marshall pour son nouveau point de vue sur le thème du changement de comportement. Reprenant l'invitation de la journée précédente par Christiana Figueres de renommer l'article 6, M. Nuttall a demandé aux participants d’envoyer leurs suggestions par Twitter en utilisant le hashtag #Article 6.

Amena Yauvoli, Président du SBI et du groupe de négociation sur l'article 6, a clôturé la séance en insistant sur le rôle vital de l'éducation, de la formation et de la coopération internationale que nous nous dirigions vers un nouvel accord universel sur le changement, climatique. Le 4ème dialogue aura lieu pendant les sessions de juin de l'année prochaine et se concentrera sur la sensibilisation du public, l'accès du public à l'information, la participation du public et la coopération internationale sur ces questions.

Lettre d'information