Hero Background

ONU Changements Climatiques
Actualités

LIRE LA SUITE
FERMER

Sur ce portail d'actualités de la CCNUCC vous trouverez des informations sur le changement climatique ainsi que les mesures prises par les gouvernements, entreprises, citoyens, l'ONU et la société civile. Vos contributions nous intéressent: contactez nous à press@unfccc.int.

Header Image

Les concentrations de dioxyde de carbone piégé dans l'atmosphère ont atteint une moyenne mondiale record en mars, soulignant l'importance cruciale de parvenir à un accord universel efficace sur le changement climatique à Paris à la fin de l'année. 

Selon l'Administration nationale océanique et atmosphérique des États-Unis (NOAA), les concentrations moyennes mensuelles mondiales de gaz ont dépassé 400 parts par million en mars 2015 pour la première fois depuis que l'administration a commencé à mesurer le dioxyde de carbone dans l'atmosphère. Les concentrations actuelles sont sans précédent depuis des millions d'années.

L'agence américaine affirme que la hausse rapide est principalement attribuable à la combustion de carburants fossiles par l'homme. Avant que la révolution industrielle ne commence vers 1850, la concentration mondiale se situait à 280 parts par million. La moitié de la hausse actuelle s’est produite depuis 1980. 

Nick Nuttall, porte-parole de la Convention-cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques a déclaré dans le journal The Guardian:

Ces chiffres soulignent l'urgence des nations à parvenir à un nouvel accord décisif universel à Paris en décembre – un accord qui marque une scission du passé sérieuse et significative. 

L'accord et les décisions qu’il engendre doivent être un plan de développement à long terme qui fournit les politiques, les voies et la finance de manière à déclencher un pic des émissions mondiales d’ici à 10 ans, suivie d'une profonde décarbonisation de l'économie mondiale dans la deuxième moitié de la siècle - un plan de développement qui soutient aussi de manière cruciale la croissance ainsi que les ambitions climatiques des pays en développement.

Le seuil des 400 parts par million de CO2 a déjà été franchi à l'Observatoire de Mauna Loa de la NOAA en 2013. Mais c’est la première fois que la moyenne mondiale franchit ce cap symbolique. 

Les chiffres de mars ne sont disponibles que maintenant, car un certain temps est nécessaire au prélèvement des échantillons dans le monde entier et à leur analyse au laboratoire de la NOAA. 

Selon le Groupe d'experts intergouvernemental de l'ONU sur les changements climatiques, environ 80% des réserves connues de combustibles fossiles aurait besoin de rester dans le sol pour que l'humanité limite la concentration de CO2 dans l'atmosphère à 450 parties par million. 

Ce niveau donnerait à son tour à l'humanité 50% de chances de limiter le réchauffement climatique au seuil internationalement convenu d'une hausse maximale de la température mondiale de 2 °C.

Image: NASA

Lettre d'information