Hero Background

ONU Changements Climatiques
Actualités

LIRE LA SUITE
FERMER

Sur ce portail d'actualités de la CCNUCC vous trouverez des informations sur le changement climatique ainsi que les mesures prises par les gouvernements, entreprises, citoyens, l'ONU et la société civile. Vos contributions nous intéressent: contactez nous à press@unfccc.int.

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a publié mercredi le briefing spécial World Energy Outlook (WEO) qui décrit les implications des engagements climatiques nationaux soumis sur le secteur de l'énergie en préparation au prochain sommet sur le climat à Paris (COP21).

Le briefing constate que si tous les pays atteignent les objectifs énoncés dans leurs engagements, ou contributions prévues déterminées au niveau national (INDC), la croissance des émissions, qui représentent les deux tiers des émissions totales de gaz à effet de serre, ralentiront d’ici 2030.

Le rapport estime également que la voie tracée par toutes les INDCs actuellement soumises par les pays serait compatible avec une augmentation de la température moyenne mondiale d'environ 2,7 degrés Celsius d'ici 2100, en-deçà de l'objectif convenu de maintenir la hausse en dessous de 2 degrés. Le rapport indique que les INDCs doivent donc être considérées comme une base importante sur laquelle construire une plus grande ambition vis-à-vis de la prise de mesures climatiques.

"Le fait que plus de 150 pays - représentant 90% de l'activité économique mondiale et près de 90% des émissions de gaz à effet de serre (GES) mondiales liées à l'énergie - ont présenté des engagements de réduction des émissions est, en soi, remarquable", a déclaré le Directeur exécutif de l'AIE, Fatih Birol. "Ces engagements, ainsi que l'engagement croissant de l'industrie de l'énergie, contribuent à créer l'élan politique nécessaire de par le monde entier pour sceller un accord climatique réussi à Paris".

Briser le lien entre une demande croissante et l'augmentation du CO2

Le briefing spécial WEO constate que toutes les INDC soumises tiennent compte des émissions du secteur de l'énergie et beaucoup incluent des objectifs ou des mesures spécifiques pour y remédier. Si ces engagements sont respectés, les pays qui représentent actuellement plus de la moitié de l'activité économique mondiale verront leurs émissions de gaz à effet de serre liées à l'énergie soit stagner soit décliner d’ici 2030. L’intensité énergétique mondiale, une mesure de la consommation d'énergie par unité de production économique, s'améliorerait environ trois fois plus vite d'ici 2030 que le taux observé depuis 2000. Dans le secteur de l'électricité, 70% de la production supplémentaire serait sobre en émission de carbone à l'horizon de 2030.

De manière significative, le secteur de l’électricité, soit la plus importante source mondiale de dioxyde de carbone liée à l'énergie (CO2) voit ses émissions stagner aux environs des niveaux actuels, cassant efficacement le lien entre la demande croissante d'électricité et l'augmentation des émissions de CO2 qui y est associée.

Le secteur de l'énergie a toujours besoin d’un nouveau signal fort de Paris

La pleine mise en œuvre de ces engagements nécessitera un investissement à hauteur de 13,5 billions de dollars en efficacité énergétique et en technologies bas-carbone du secteur de l'énergie entre 2015 à 2030, soit une moyenne annuelle de 840 milliards de dollars. Cependant, malgré ces efforts, les engagements sont encore loin de l’importante correction du cours nécessaire à l’atteinte de l'objectif climatique mondialement convenu de limiter la hausse de la température moyenne mondiale à 2 degrés Celsius par rapport aux niveaux préindustriels.

"Le secteur de l'énergie a besoin d'un signal fort et clair provenant du sommet sur le climat de Paris. Omettre d'envoyer ce signal poussera les investissements énergétiques dans la mauvaise direction, et enfermer l'infrastructure énergétique dans la non‑durabilité pour des décennies", a souligné le Dr Birol.

Atteindre l'objectif climatique ultime dépendra aussi de manière critique de l'innovation dans le secteur de l'énergie et du déploiement de technologies énergétiques nouvelles et émergentes, qui ont le potentiel de pourvoir le changement transformationnel nécessaire pour atteindre des niveaux profonds de décarbonisation dans les décennies à venir.

Téléchargez le briefing spécial World Energy Outlook pour COP21.

Pour pré-commander un exemplaire du World Energy Outlook de l'AIE 2015, cliquez ici.

Lettre d'information