Hero Background

ONU Changements Climatiques
Actualités

LIRE LA SUITE
FERMER

Sur ce portail d'actualités de la CCNUCC vous trouverez des informations sur le changement climatique ainsi que les mesures prises par les gouvernements, entreprises, citoyens, l'ONU et la société civile. Vos contributions nous intéressent: contactez nous à press@unfccc.int.

Header Image

La grande majorité soutiennent l’objectif à long terme pour un nouvel accord des Nations Unies à Paris

L’éducation pour tous citée comme le meilleur atout pour réduire les émissions de gaz à effet de serre

Solidarité d'opinion entre les citoyens du Nord et du Sud au sein de la plus grande Consultation publique mondiale jamais réalisée

Bonn, le 10 juin 2015 - Près de 80 pour cent des citoyens du monde entier sont très préoccupés par les impacts du changement climatique, mais près de 70 pour cent voient également les mesures de lutte comme une occasion d'améliorer leur qualité de vie.

Voici qui fait partie des conclusions de la plus grande consultation citoyenne sur le changement climatique jamais réalisée par les plus de 100 partenaires de la World Wide Views Alliance en amont de la conférence de l'ONU sur le changement climatique à Paris (COP21) qui aura lieu en décembre.

Le débat et la consultation citoyenne, menés sur un seul jour dans 75 pays depuis Fidji dans le Pacifique et jusqu’en Arizona aux États-Unis, a impliqué 10 000 personnes soigneusement sélectionnées pour être démographiquement représentatives de leurs pays.

  • Plus de 90 pour cent d’entre elles ont dit que le nouvel accord universel à être signé à Paris devrait avoir un objectif à long terme de « zéro émission » pour la fin du siècle.
  • D’autre part, 67 pour cent pensent qu’il devrait être juridiquement contraignant pour tous les pays, et 17 pour cent disent qu'il devrait seulement consister en une obligation légale pour les pays développés et émergents. Dix pour cent sont d’avis que l'objectif à long terme devrait être volontaire.

Le débat entre les citoyens a également trouvé un appui solide pour l'action de leur propre pays, même si les autres ne prennent pas de mesures.

  • À la question « Votre pays devrait-il prendre des mesures pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre ?», 79% ont répondu oui, même si de nombreux autres pays ne prennent pas les mesures.

Éducation et protection des forêts tropicales mentionnées comme de grands atouts pour réduire la pollution au carbone

  • Interrogés quant aux instruments qu’ils considèrent les plus pertinentes pour réduire le niveau des émissions de gaz à effet de serre, 77 pour cent ont choisi des programmes d'éducation sur le climat pour un plus large public.
  • La deuxième réponse la plus fréquente pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre cite les mesures visant à protéger les forêts tropicales.

Le débat et la consultation citoyenne, qui a eu lieu le 6 juin, était un effort de collaboration entre le secrétariat de la Convention-cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC), Missions Publiques, la Commission Nationale française du Débat Public (CNDP) et le Conseil danois de la Fondation pour la technologie.

Les participants ont reçu des informations sur le changement climatique et les différents points de vue en cours de négociation pour la COP 21 avant le début de l'événement.

Christiana Figueres, Secrétaire exécutive de la CCNUCC, a déclaré aujourd'hui: "Nous avons été ravis de collaborer au lancement de ce débat et consultation citoyenne et de faire entendre la voix de femmes et d’hommes ordinaires dans les négociations climatiques".

"Beaucoup de villes, d’entreprises et d’ONG expriment leur soutien à un accord transformationnel à Paris. Le point de vue des citoyens est aussi limpide - ils voient les menaces et ils voient les possibilités: la grande majorité veulent une action immédiate, et ils veulent une action qui est soutenue sur le long terme pour fléchir les émissions jusqu’à les annuler d'ici la fin du siècle et soutenir les pays en développement dans leurs efforts", a-t-elle ajouté.

  • À la question de savoir si les pays à revenus élevés devraient payer plus que la somme déjà convenue (100 milliards de dollars par an d’ici 2020) pour l'atténuation et l'adaptation dans les pays à faibles revenus, 78 pour cent ont répondu par l’affirmative

Voici quelques-unes des autres nombreuses conclusions:

  • Il n'y a aucune différence entre ce qu'on appelle le Nord et le Sud. Les conséquences du changement climatique sont une source de menace et de préoccupation pour la grande majorité des personnes consultées à la fois dans les pays développés et en voie de développement.
  • Une autre question des négociations réside dans les responsabilités différenciées de chaque pays. La question suivante a été posée aux citoyens: Quelle serait la meilleure base pour établir l'ambition des contributions climatiques nationales?
  • À cela, 21 pour cent ont répondu les émissions historiques; 39 pour cent les émissions actuelles ou anticipées, et 32 pour cent les capacités économiques actuelles ou futures.
  • La grande majorité des citoyens affirme que le secteur privé a un rôle important à jouer pour contribuer à l'action climatique, avec 85 pour cent d'accord; 53 pour cent qui soutiennent que le secteur privé doit contribuer à hauteur de la moitié ou plus et 32 pour cent qui pensent qu'il doit contribuer, mais dans une moindre mesure.

Notes aux rédacteurs

Le projet est coordonné par le Conseil danois de la Fondation pour la technologie (Danish Board of Technology Foundation), en collaboration avec Missions Publiques et la Commission nationale française pour le débat public. Il est initié conjointement par le Secrétariat de la CCNUCC et mis en œuvre par les partenaires de World Wide Views Alliance, avec le soutien du Ministère français des Affaires étrangères et du développement international et le ministère français de l'Écologie, du développement durable et de l'énergieen tant qu’hôtes de la COP21.

World Wide Views sur le climat et l'énergie a reçu le label officiel de la COP 21, ce qui en fait une contribution essentielle au processus de négociation sur la route de Paris.

Pour plus d'informations sur le projet, les partenaires et les réunions à travers le monde, visitez la page web:
http://climateandenergy.wwviews.org/ et suivez les hashtag #WWViews, # COP21, #Article6 et #citizenparticipation.

Financements 

Le projet est financé par le ministère français de l'Écologie, du développement durable et de l'énergie (MEDDE), la Commission nationale du débat public (CNDP), 14 régions françaises par le biais de l'Association des régions de France (Aquitaine, Auvergne, Basse-Normandie, Centre- Val-de-Loire, Franche-Comté, Guadeloupe, Haute-Normandie, Île-de-France, Martinique, Nord-Pas-de-Calais, Poitou-Charentes, Provence-Alpes-Côte-d'Azur, La Réunion, Rhône ALPES), ENGIE (GDF Suez), la présidence de l'Assemblée nationale française, l'Agence fédérale allemande pour l'environnement, le ministère des Affaires étrangères et du développement international (MAEDI), l'Agence spatiale européenne (ESA), la Fondation de France, la groupe EE-LV du Sénat français, la Fondation KR danoise, le ministère norvégien du Climat et de l'environnement, Grenoble-Alpes Métropole et la ville de Paris.

Pour plus d'informations, vous pouvez contacter :

  • Bjørn Bedsted, Coordinateur mondial de World Wide Views, le Conseil danois de la Fondation pour la technologie: bb@tekno.dk, Mobile: +45 30785171
  • Yves Mathieu, Co-coordinateur de World Wide Views sur le climat et l'énergie, Missions Publiques: yves.mathieu@missionspubliques.com Mobile: +331 43 14 24 50
  • Christian Leyrit, Président, CNDP: christian.leyrit@debatpublic.fr
  • Nick Nuttall, Directeur de la communication et de la sensibilisation, Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), Tel: +49 228 815 1400, portable: +49 152 0168 4831
  • Bureau de presse de la CCNUCC : press@unfccc.int

À propos de la CCNUCC
Avec 196 Parties, la Convention-cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) jouit d’une adhésion presque universelle et accueille le Protocole de Kyoto de 1997 sous son égide. Le Protocole de Kyoto a été ratifié par 192 des Parties de la CCNUCC. Pour la première période d'engagement du Protocole de Kyoto, 37 états formés de pays industrialisés et de pays en transition vers une économie de marché sont légalement tenus de limiter leurs émissions et de respecter leurs engagements de réduction. À Doha en 2012, la Conférence des Parties agissant comme réunion des Parties au Protocole de Kyoto a adopté un amendement au Protocole de Kyoto, qui établit la deuxième période d'engagement au titre du Protocole. L'objectif suprême des deux traités est de stabiliser les concentrations de gaz à effet de serre dans l'atmosphère à un niveau qui empêche toute perturbation anthropique dangereuse du système climatique. 

Voir aussi: http://unfccc.int/

Suivez la CCNUCC sur Twitter: @UNFCCC | Español: @CMNUCC| Français: @CCNUCC
Suivez la Secrétaire exécutive de la CCNUCC Christiana Figueres sur Twitter: @CFigueres
CCNUCC sur Facebook: facebook.com/UNclimatechange



Lettre d'information