Hero Background

ONU Changements Climatiques
Actualités

LIRE LA SUITE
FERMER

Sur ce portail d'actualités de la CCNUCC vous trouverez des informations sur le changement climatique ainsi que les mesures prises par les gouvernements, entreprises, citoyens, l'ONU et la société civile. Vos contributions nous intéressent: contactez nous à press@unfccc.int.

Header Image

Bonn, le 11 juin 2015 - La feuille de route pour un nouvel accord climatique universel va passer à la vitesse supérieure au cours des deux prochains mois alors que le monde travaille en vue de Paris en décembre.

Les gouvernements ont demandé aujourd'hui aux deux délégués qui coprésident les négociations de proposer un texte à la mi-juillet qui commence à façonner ce que sera l'accord de Paris et quelles en seront les décisions à l’appui, ce qu’on appelle le « Paris Package ».

Les décisions auront pour but d’opérationnaliser l'ambition contenue dans l'accord de Paris, qui lui, vise à une action mondiale plus profonde, accélérée et à long terme pour lutter contre le changement climatique, à savoir en maintenant la hausse de la température mondiale à moins de 2 degrés Celsius, tout en protégeant les plus vulnérables contre les effets néfastes du changement climatique.

Le texte des co-présidents devrait également faciliter l’identification des décisions politiques clés pour les gouvernements, ministres inclus, décisions qui devront être prises à l'avance de la conférence de la convention climatique de l'ONU en France.

Plusieurs réunions ministérielles clés sont organisées au cours des mois à venir, y compris par la présidence française de la conférence de Paris.

« Le chemin de Paris se dessine actuellement à la fois au niveau politique et au niveau des négociations dans un climat exceptionnel de confiance et d'engagement - ce qui est géré ici ne relève plus de la résistance à un accord, mais de la complexité, l'enthousiasme et la compréhension que chaque nation joue son rôle », a déclaré Christiana Figueres, Secrétaire exécutive de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC).

« Chaque partie du mécanisme en mouvement passe la vitesse supérieure et entraîne les autres pour avancer et assurer que le monde reste sur la bonne voie pour réussir à Paris », a déclaré Mme Figueres.

« Les gouvernements se sont engagés à parvenir à un accord qui fixe les voies et les structures d’appui pour une transformation séculaire qui permet à tous les pays d'atteindre un avenir énergétique propre et durable », a-t-elle ajouté.

« Ce qui se passe est à bien des niveaux sans précédent dans l'histoire de la coopération internationale, à l’égard de la vision et de l'échelle. Les préoccupations de tous sont prises en compte et tout doit se mouvoir en parallèle – il s’agit bien évidemment d’un processus complexe mais maintenant aussi très dynamique », a déclaré Mme Figueres.

Vive impulsion du G7 et des acteurs non-étatiques

Au cours de la réunion de Bonn, l'engagement mondial visant à maintenir le monde en dessous d'une élévation de la température de 2°C a bénéficié d’une impulsion significative des pays industrialisés du G7.

Lors du sommet à Schloss-Elmau en Allemagne, le G7 a publié un communiqué qui souligne que des réductions importantes des émissions de gaz à effet de serre mondiales sont requises avec une décarbonisation de l'économie mondiale au cours de ce siècle. Ils ont également déclaré qu'ils continueraient leurs efforts visant à allouer 100 milliards de dollars par an d'ici 2020 à l’appui des mesures climatiques prises par les pays en développement.

Entre temps, un nouveau rapport du Programme des Nations Unies pour l'Environnement a estimé que les initiatives climatiques non-étatiques pourraient éventuellement réaliser des économies d'émissions s’élevant à 1,8 gigatonnes d’équivalent-dioxyde de carbone d’ici 2020.

La Zone d’Action pour le Climat des Acteurs Non-étatiques (NAZCA), lancée lors de la dernière conférence climat de l'ONU à Lima au Pérou, met en évidence la richesse des mesures prises, allant des villes aux entreprises, à l'appui du Programme d'Action de Lima-Paris, ou agenda des solutions.

Les pays de la CCNUCC se réuniront à nouveau à Bonn du 31 août au 4 septembre où ces prochaines négociations se baseront sur le nouveau texte élaboré par les coprésidents Ahmed Djoghlaf (Algérie) et Daniel Reifsnyder (États-Unis).

Une nouvelle série de négociations est prévue pour le mois d’octobre, en amont de la conférence climat de Paris (COP21).

Autres faits saillants de la réunion de Bonn

La réunion de Bonn sur le changement climatique a également abordé un éventail de travaux techniques et liés à la mise en œuvre.

La protection des forêts

Les gouvernements ont fait des progrès importants sur la façon de réduire les émissions provenant de la déforestation et de la dégradation des forêts (REDD +). Un ensemble de trois décisions, qui doit être approuvé par la COP 21, couvre la transparence et la qualité des informations que les pays doivent communiquer lors de la mise en œuvre de leurs programmes de protection des forêts, en particulier sur les garanties, comme par exemple liées à la protection des droits des autochtones et de la biodiversité.

Évaluation multilatérale

La seconde partie de l'évaluation multilatérale s’est terminée avec succès à la conférence sur les changements climatiques de Bonn le 5 juin 2015. Ce processus a donné aux Parties une occasion unique d'évaluer la manière dont les pays développés mettent en œuvre des mesures visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Un total de 24 pays développés ont été évalués sur la façon dont ils progressent vers leurs objectifs de réduction des émissions dans l’ensemble des secteurs l'économie.

Les pays ont présenté leurs mesures d'une manière ouverte, avec une description de leur situation nationale, les défis et les succès. Les pays ont convenu que d'être informé des actions que les autres entreprennent a sensiblement amélioré la transparence et la confiance. Les participants en parlent dans cette vidéo (en anglais).

Rapport d’examen 2013-15

Les gouvernements réunis à Bonn ont discuté d'un rapport d’examen visant à déterminer si l'objectif convenu au niveau international pour empêcher la température moyenne mondiale de monter au-delà de 2°C au-dessus des niveaux pré-industriels est suffisant pour relever le défi actuel du changement climatique.

Une conclusion centrale du rapport est qu'il est extrêmement important de rester au sein de 2°C ou moins afin d'éviter les pires impacts du changement climatique. Les recommandations seront transmises à la COP.

Dialogue sur l'éducation et la formation climatique

Les gouvernements et les autres parties prenantes ont partagé leurs expériences et leurs idées concernant l'article 6 de la CCNUCC. L’article 6, qui a également trouvé une nouvelle jeunesse lors de la réunion en étant rebaptisé « Action pour l’autonomisation climatique » (ACE, selon l’acronyme anglais), se concentre sur l’éducation au changement climatique, la formation, la sensibilisation du public, l'accès du public à l'information et la coopération internationale.

Un dialogue spécifique avec les principaux intervenants sur l'éducation, la formation et la coopération internationale dans le domaine du changement climatique a également eu lieu. Lors de l'événement, George Marshall, fondateur du Réseau d'information de sensibilisation climatique et auteur de N’y pensez même pas: pourquoi nos cerveaux sont câblés de manière à ignorer le changement climatique, a donné un discours inspirant.

Égalité des sexes dans le contexte des changements climatiques

Un atelier sur la politique climatique liée au genre, mandaté par le Programme de travail de Lima relatif au genre, a eu lieu pendant la réunion sur deux jours et demi les 8 et 9 juin. 

Beaucoup ont participé à ces deux jours, et bon nombre d’idées judicieuses sur des actions concrètes, sur les manières de surmonter les défis et le renforcement des synergies au sein du processus de la CCNUCC et dans les stratégies nationales ont été exprimées tout au long de l'atelier par les présentateurs, les panélistes et les participants.

Les pays ont demandé que le rapport soit publié dès que possible afin que les idées et actions identifiées puissent être utilisées par les Parties dans leurs préparatifs pour Paris.

Travaux pour accroître l'ambition immédiate

Dans le cadre de travail pour élever l'ambition avant 2020, lorsque le nouvel accord entrera en vigueur, des réunions techniques d'experts sur l'approvisionnement en énergie renouvelable et l'efficacité énergétique dans les zones urbaines ont eu lieu à Bonn, en se basant sur les rencontres similaires de l'an dernier.

Les réunions ont porté sur les technologies les plus prometteuses et réalisables et les politiques qui pourraient être mises en œuvre et développées plus avant dans un avenir proche.

Pour l'approvisionnement en énergie renouvelable, ceci inclut une distribution de la production d'énergie et des mesures financières incitatives clés telles que des tarifs de rachat.

Dans le domaine de l'efficacité énergétique en milieu urbain, les participants ont dit qu'en raison des populations urbaines en rapide croissance, des milliards de dollars de nouveaux investissements doivent être canalisés dans une plus grande résilience au changement climatique, à faible teneur en carbone.

Les experts ont examiné des solutions allant de bâtiments économes en énergie aux transports urbains durables.

Foire Action Climat

Lors de la conférence de Bonn, la Foire Action Climat a également donné une occasion aux dirigeants du monde des affaires, de la politique et des organisations intergouvernementales de discuter de l'énergie renouvelable et de l'efficacité énergétique.

Un message clé qui s’est dégagé de la foire est que les dirigeants d’entreprises et les villes stimulent l'innovation et le changement transformationnel, et peuvent faire plus avec de bonnes politiques mises en place.

Par exemple, la société d'ameublement IKEA a annoncé à la foire son intention de dépenser 1 milliard d'euros dans l'énergie renouvelable et des mesures pour aider les pays pauvres à faire face au changement climatique.

L'industrie de l'information et des communications, dans le cadre de la Global e-Sustainability Initiative (Gesi), a également démontré comment elle peut aider à réduire les émissions mondiales de 20% d'ici 2030, et générer plus de 11 billions de dollars en nouveaux avantages économiques. Voir le rapport.

 

Contacts pour la presse:
Nick Nuttall, Porte-parole de la CCNUCC:  +49 228 815 1400 (fixe), +49 152 0168 4831 (portable) nnuttall@unfccc.int
John Hay, Chargé de communication: +49 228 815 1404 (fixe), +49 172 258 6944 (portable) jhay(at)unfccc.int
Bureau de presse de la CCNUCC:  press(at)unfccc.int

À propos de la CCNUCC
Avec 196 Parties, la Convention-cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) jouit d’une adhésion presque universelle et accueille le Protocole de Kyoto de 1997 sous son égide. Le Protocole de Kyoto a été ratifié par 192 des Parties de la CCNUCC. Pour la première période d'engagement du Protocole de Kyoto, 37 états formés de pays industrialisés et de pays en transition vers une économie de marché sont légalement tenus de limiter leurs émissions et de respecter leurs engagements de réduction. À Doha en 2012, la Conférence des Parties agissant comme réunion des Parties au Protocole de Kyoto a adopté un amendement au Protocole de Kyoto, qui établit la deuxième période d'engagement au titre du Protocole. L'objectif suprême des deux traités est de stabiliser les concentrations de gaz à effet de serre dans l'atmosphère à un niveau qui empêche toute perturbation anthropique dangereuse du système climatique.

Voir aussi: http://unfccc.int/
Suivez la CCNUCC sur Twitter:  @UNFCCC | Español: @CMNUCC| Français: @CCNUCC
Suivez la Secrétaire exécutive de la CCNUCC Christiana Figueres sur Twitter: @CFigueres
CCNUCC sur Facebook:  facebook.com/UNclimatechange

Lettre d'information