Hero Background

ONU Changements Climatiques
Actualités

LIRE LA SUITE
FERMER

Sur ce portail d'actualités de la CCNUCC vous trouverez des informations sur le changement climatique ainsi que les mesures prises par les gouvernements, entreprises, citoyens, l'ONU et la société civile. Vos contributions nous intéressent: contactez nous à press@unfccc.int.

Header Image
Crédit photo: NASA/GSFC GISS

Les scientifiques réunis à Bonn cette semaine ont mis en garde contre l'accélération des impacts climatiques dans le monde et ont appelé à une observation régionale accrue et de meilleure qualité pour aider les populations locales à résister aux changements climatiques grâce à l'aide de prévisions et de modélisation plus précises.

Ceci est particulièrement important étant donné que la température moyenne mondiale actuelle affecte différentes régions de différentes façons. Les modèles climatiques mondiaux fournissent d'importantes projections mais couvrent généralement de vastes régions englobant différents paysages, chacun avec un potentiel variable d'inondations, de sécheresses ou autres événements extrêmes.

Le Conseil de l'Arctique rapporte que l'Arctique se réchauffe deux fois plus vite que le reste de la planète. En Afrique, alors que des régions sont déjà confrontées à de sévères sécheresses, encore plus sont prévues, bien qu'il soit possible que la Corne de l'Afrique subisse des précipitations accrues d'ici la fin du siècle. 

Principaux changements prévus dans l'Arctique pour 2050. Le Conseil de l'Arctique prévoit une diminution du volume de glace et de la surface neigeuse, la décongélation du pergélisol et l'augmentation de la libération de méthane

Conséquences du changement climatique sur l'Arctique

Les experts du Conseil de l'Arctique ont noté à Bonn que:

  • La banquise pourrait disparâitre de l'océan arctique dès la fin des années 2030, d'ici seulement deux décennies. La banquise dans l'océan Arctique a déjà diminué de 65% depuis 1975.
  • Au cours des 5 dernières années, le Groenland a perdu en moyenne 375 gigatonnes de glace par an, soit l'équivalent d'un cube de glace mesurant 7,5 km de côté.
  • Le glaciers arctiques subissent une fonte très importante, dont il est prévu qu'elle contribue à environ 25 centimètres de l'élévation du niveau de la mer d'ici la fin du siècle selon les tendances actuelles des émissions. 
  • Les sols arctiques détiennent environ 50% du carbone mondial stocké dans le sol dans le pergélisol. La décongélation du pergélisol devrait contribuer de manière significative aux futures émissions de gaz à effet de serre.

Conséquences du changement climatique sur l'Afrique

L'Afrique, l'une des masses terrestres les plus chaudes de la planète, connaît également un réchauffement supérieur à la moyenne mondiale. Les résultats suivants ont été présentés à Bonn:

  • 2010 a été l'année la plus chaude enregistrée en Afrique, à 1,4 degrés Celsius au-dessus des niveaux pré-industriels. La même année, la moyenne mondiale était de 0,7-0,8 degrés (Info: Le Centre africain pour les applications météorologiques pour le développement).
  • Certaines régions d'Afrique verront une baisse de 8 à 14% des précipitations au cours de ce siècle, et d'autres régions pourraient voir plus de pluie (source: Institut technologique de Karlsruhe)voir les projections ci-dessous:

Images: Institut technologique de Karlsruhe et Centre africain pour les applications météorologiques pour le développement 

Les partenariat peuvent stimuler la coopération régionale

Étant donné que les différences dans les projections climatiques régionales sont importantes, il est essentiel de mettre à jour les politiques d'adaptation et de risque de catastrophe selon les scénarios de risques régionaux en Afrique, selon le Centre africain pour les applications météorologiques pour le développement.

Les participants au Dialogue scientifique de Bonn ont convenu de continuer à développer des activités adaptées à la région et d'avancer et de coordonner les données scientifiques et l'application de la modélisation climatique régionale par le biais de partenariats mondiaux.

Ces partenariats comprennent:

  • Les centres climatiques régionaux de l'Organisation météorologique mondiale (OMM), qui soutiennent les membres de l'OMM à produire des prévisions régionales à long terme et renforcent leurs capacités à répondre aux besoins nationaux en matière d'information climatique. L'OMM mène plusieurs activités par le biais desquelles elle aide les nations à développer leurs capacités grâce à des infrastructures techniques et institutionnelles. Lire la suite ici.
  • La Coordinated regional climate downscaling experiment (CORDEX) du Programme mondial de recherche sur le climat, qui fournit un cadre internationalement coordonné pour améliorer les projections climatiques régionales.
  • Le Centre de services scientifiques de l'Afrique de l'Ouest sur les changements climatiques et une utilisation des terres adaptées (WASCAL), un centre de services climatiques de 10 pays chargé de renforcer l'infrastructure et les capacités de recherche en Afrique en Afrique de l'Ouest.

En coordonnant les données scientifiques climatiques régionales grâce à ces partenariats, les experts espèrent mieux comprendre les phénomènes climatiques régionaux, améliorer les prévisions climatiques et diminuer la vulnérabilité des régions aux changements climatiques. Les données climatiques régionales sont importantes pour les plans nationaux d'adaptation, les mesures d'atténuation et les décisions visant à remédier aux pertes et préjudices causés par les risques liés au changement climatique.

Délégués à l'exposition de posters au cours du Dialogue de recherche. Plus d’informations sont disponibles ici (en anglais)

Lettre d'information