Hero Background

ONU Changements Climatiques
Actualités

LIRE LA SUITE
FERMER

Sur ce portail d'actualités de la CCNUCC vous trouverez des informations sur le changement climatique ainsi que les mesures prises par les gouvernements, entreprises, citoyens, l'ONU et la société civile. Vos contributions nous intéressent: contactez nous à press@unfccc.int.

Header Image

Le cyclone Pam, l'extrême tempête qui a dévasté Vanuatu ce week-end, a fermement placé les risques climatiques et la gestion globale des catastrophes sous les feux de la rampe, conduisant aux appels lancés par de hauts fonctionnaires des Nations Unies et de dirigeants politiques à tirer les conclusions nécessaires et intensifier les mesures climatiques et les efforts pour renforcer la résilience aux catastrophes.

Pam a frappé toutes les îles de Vanuatu, a tué un nombre encore inconnu de personnes, dévasté maisons et infrastructures et détruit les moyens de subsistance de l’archipel. Le Président Baldwin Losndale, qui assistait à la conférence de l'ONU sur les risques de catastrophe, a déclaré que son petit pays aurait à tout recommencer à cause de cette tempête, ce qui reflète la dure réalité des impacts climatiques extrêmes, qui peuvent détruire des années de développement durement acquises d'un seul coup.

Lors de la troisième Conférence mondiale des Nations Unies sur la prévention des catastrophes à Sendai, au Japon, le Secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, a déclaré que la tempête a souligné la nécessité d'aider les pauvres et les plus vulnérables:

Le changement climatique intensifie les risques pour des centaines de millions de personnes, en particulier dans les petits États insulaires en développement et les zones côtières. Les tempêtes tropicales dans une région provoquent des turbulences économiques dans une autre. La réduction des risques de catastrophes est une première ligne de défense contre les impacts du changement climatique. C’est un investissement intelligent pour les affaires et un investissement judicieux pour sauver des vies.

undefined

Le cyclone Pam, 13 mars 2015. Image satellite de la NASA

Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius, qui sera également le Président de la conférence de l'ONU sur les changements climatiques cette année à Paris, a déclaré à la conférence de Sendai que 70% des catastrophes naturelles sont désormais liées au changement climatique, c’est à dire deux fois plus qu’il y a vingt ans.

Une réponse conjuguée: climat, durabilité et risques de catastrophes

À Paris en Décembre, les gouvernements doivent arriver à un nouvel accord universel sur le changement climatique qui doit mettre le monde sur la voie d'un avenir où de tels désastres n’empirent pas. 2015 est aussi l'année où les gouvernements décideront d'un ensemble de nouveaux objectifs de développement durable sous l’égide de l'ONU. Pendant ce temps, la conférence Sendai est vise à gérer et réduire les risques de catastrophe. Christiana Figueres, Secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) a déclaré:

Nos pensées et notre compassion vont tout d'abord au peuple et au gouvernement de Vanuatu en ce moment profondément accablant. Ensuite, il ne peut pas y avoir d’appel plus fort à d’urgentes mesures contre le changement climatique que cette tempête de catégorie 5. Cette année, les efforts mondiaux sont tous portés par un besoin commun et un impératif entrelacés: mettre le monde sur une trajectoire durable, réduire de façon spectaculaire et de toute urgence les risques de ce genre de dévastation à laquelle nous venons d’assister dans le Pacifique.

Mme Figueres a remarqué que bien que la Conférence de l'ONU sur le changement climatique à Paris ne résoudra pas le problème d’un coup de baguette magique, il faudra qu’elle garantisse des chemins à prendre, des politiques et un certain soutien pour s’assurer que tous les pays puissent contribuer dès maintenant et à l'avenir en fonction des circonstances nationales de chacun, pour maintenir la hausse des températures mondiales en dessous de 2 degrés C, tout en aidant les sociétés à s’adapter au changement climatique déjà en cours.

"La science climatique démontre clairement que le monde a besoin d’atteindre un objectif à trois volets pour lutter efficacement contre le changement climatique: un pic des émissions mondiales dans la prochaine décennie, le déclenchement d’une décarbonisation profonde de l'économie mondiale, et la neutralité climatique au plus tard dans la deuxième moitié du siècle", Mme Figueres a ajouté.

Rachel Kyte, la vice-présidente de la Banque mondiale et envoyée spéciale pour le changement climatique a souligné que le nombre moyen de catastrophes annuelles a presque doublé depuis les années 1980. Les coûts ont grimpé de 50 milliards de dollars par an dans les années 1980 à un peu moins de 200 milliards de dollars par année dans la dernière décennie. Près de 75 pour cent des pertes peut être attribuée à des événements météorologiques extrêmes.

Mme Kyte a déclaré à la presse en marge de la réunion Sendaï qu'il y avait encore un écart entre les politiques et les catastrophes liées aux conditions météorologiques de plus en plus fréquentes dont le monde souffre. "Je crains que le sentiment d'urgence et d'ambition partagée ne soit pas au niveau requis. Il est extrêmement ironique que cette tempête frappe Vanuatu pendant que nous sommes tous ici. Si nous nous soucions vraiment de ces gens, nous devons répondre," a-t-elle dit.

Crédit photo: 350.org

 

 

 

Lettre d'information