Hero Background

ONU Changements Climatiques
Actualités

LIRE LA SUITE
FERMER

Sur ce portail d'actualités de la CCNUCC vous trouverez des informations sur le changement climatique ainsi que les mesures prises par les gouvernements, entreprises, citoyens, l'ONU et la société civile. Vos contributions nous intéressent: contactez nous à press@unfccc.int.

Header Image

Un pic des émissions mondiales liées à l'énergie pourrait être atteint dès 2020 et sans aucun coût économique net, a déclaré l'Agence internationale de l'énergie (AIE) lundi dans son nouveau rapport Perspectives énergétiques mondiales (World Energy Outlook) spécial sur l'énergie et le changement climatique.

L'AIE dit avoir longtemps souligné que la production d'énergie et son utilisation, qui ne sont pas compatibles avec les exigences environnementales internationales, ne sont pas durables: elles échouent au test de la sécurité énergétique. C’est pour cette raison, a-t-elle dit, qu’elle a contribué à ce rapport en vue de la COP21 à Paris, où les gouvernements vont parvenir à un nouvel accord universel sur le changement climatique.

L'agence a noté que les émissions mondiales de gaz à effet de serre issues de la production et de la consommation d'énergie représentent le double du niveau de toutes les autres sources combinées, ce qui signifie que la lutte contre le changement climatique doit d’abord et avant tout provenir du secteur de l’énergie. L'AIE liste les quatre piliers suivants comme nécessaires pour faire de Paris un succès, du point de vue de l'énergie:

  1. Pic des émissions - fixer les conditions permettant d’atteindre un pic précoce des émissions mondiales liées à l'énergie.
  2. Révision des cinq ans - revoir les objectifs climatiques nationaux régulièrement, afin de tester la portée qu'aurait plus d'ambition.
  3. Verrouillage de la vision – traduire l'objectif climatique de la planète dans un but collectif sur les émissions à long terme.
  4. Suivi de la transition – établir un processus de suivi des réalisations dans le secteur de l'énergie.

Christiana Figueres, Secrétaire exécutive de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC), a salué le nouveau rapport et a déclaré: "Parvenir à un pic des émissions mondiales aussi rapidement que possible est une condition préalable pour atteindre l'objectif internationalement convenu de maintenir l’augmentation de la température mondiale de ce siècle en dessous de 2 degrés Celsius. Cette évaluation convaincante de l'AIE confirme qu’avec de bonnes politiques, de bonnes trajectoires et un bon soutien aux pays en développement, une nouvelle économie prospère et faible en carbone peut être créée et catalysée par la conférence de la convention climatique de l'ONU à Paris en décembre".

Directeur exécutif de l'AIE Maria van der Hoeven a déclaré: «Comme l’analyse de l'AIE l'a montré à maintes reprises, le coût et la difficulté de réduire les émissions de gaz à effet de serre augmentent chaque année, le temps presse. Il est clair que le secteur de l'énergie doit jouer un rôle essentiel si l’on veut que les efforts pour réduire les émissions portent leur fruits. Alors que nous voyons de plus en plus de consensus parmi les pays sur le fait qu’il est temps d’agir, nous devons nous assurer que les mesures prises soient adéquates et que les engagements pris soient respectés".

Pic d’énergie dès 2020

Le rapport de l'AIE a dit qu'un pic des émissions mondiales liées à l'énergie pourrait être atteint dès 2020, si les gouvernements appliquaient seulement cinq mesures stratégiques clés, comme indiquées dans le "Bridge Scenario" de l'AIE . Cet important jalon climatique est réalisable en utilisant uniquement les technologies et les politiques avérées, et sans modifier les perspectives économiques et de développement de toute la région. Conçues comme une passerelle efficace pour poursuivre leur action, les cinq mesures portent sur :

  • L’accroissement de l'efficacité énergétique dans l’industrie, les bâtiments et les transports.
  • La réduction de l'utilisation des centrales électriques au charbon les moins efficaces et l'interdiction de leur construction.
  • L’augmentation de l'investissement dans les technologies d'énergie renouvelable dans le secteur d'alimentation, passant de 270 milliards de dollars en 2014 à 400 milliards de dollars en 2030.
  • La suppression progressive des subventions aux combustibles fossiles pour les utilisateurs finaux d'ici 2030.
  • La réduction des émissions de méthane dans la production de pétrole et de gaz.

 Voir communiqué de presse complet de l'AIE en anglais.

Lettre d'information