Hero Background

ONU Changements Climatiques
Actualités

LIRE LA SUITE
FERMER

Sur ce portail d'actualités de la CCNUCC vous trouverez des informations sur le changement climatique ainsi que les mesures prises par les gouvernements, entreprises, citoyens, l'ONU et la société civile. Vos contributions nous intéressent: contactez nous à press@unfccc.int.

Header Image

Selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE), les gouvernements ne peuvent atteindre les objectifs climatiques qu'ils se sont fixés à la Conférence de l'ONU sur le changement climatique l'année dernière à Paris que s’ils accélèrent considérablement l'action climatique et tirent pleinement parti des technologies et des politiques existantes énoncées dans le "scénario passerelle" (bridge scenario en anglais) de l'AIE.

L'AIE a publié son avertissement à la Conférence de l'ONU à Bonn sur le changement climatique, où les gouvernements sont actuellement réunis pour discuter des moyens de mettre en œuvre l'accord historique de Paris, y compris les moyens d’accélérer l’ambition climatique immédiate, pour donner une chance au monde de demeurer en dessous d’une élévation maximale de deux degrés Celsius de la température moyenne mondiale – et de préférence 1,5 degré Celsius – soit, les objectifs convenus à Paris.

« L'ambition d’atteindre une culmination des émissions de gaz à effet de serre très bientôt est ancrée dans l'Accord de Paris, mais nous ne voyons pas en ce moment les mesures pour que cela se produise », a déclaré Takashi Hattori, responsable de l'unité de l'environnement et du changement climatique à l'AIE. « Dans le même temps, il existe des moyens et méthodes 'neutres pour le PIB' d'obtenir ce pic des émissions, puis de les faire retomber tout en maintenant la croissance économique, et c'est ce sur quoi nous devons nous concentrer.»

La neutralité pour le PIB signifie qu'une technologie ou politique n'a pas d'impact négatif sur la croissance économique d'un pays, et peut en fait contribuer à la croissance de ce pays.

Un « monde bien en dessous de 2 degrés » est encore possible

À Bonn, Hattori a présenté ledit « scénario passerelle » de l'AIE, qui implique l'utilisation de cinq technologies énergétiques et politiques validées qui peuvent combler le fossé entre ce qui a été promis à ce jour par les gouvernements et ce qui est nécessaire pour maintenir la hausse de la température moyenne mondiale aussi basse que 1,5 degrés Celsius, dans le cadre de ce que l'agence appelle un « monde bien en dessous de 2 degrés » .

Comme le montre le graphique ci-dessous, les cinq mesures clés pourraient permettre d’atteindre la culmination des émissions autour de 2020. Ce sont: l'efficacité énergétique, la réduction de consommation du charbon inefficace, l’investissement dans les énergies renouvelables, les réductions de méthane et la réforme des subventions aux combustibles fossiles.

Takashi Hattori a également remarqué qu’il « n’existe pas de solution universelle » en ce qui concerne les politiques climatiques et énergétiques. Les réductions d'émissions de gaz à effet de serre conformes à la cible des objectifs de l'Accord de Paris peuvent mieux être plus effectives avec des technologies variées et des politiques adaptées aux différentes circonstances de diverses régions du monde.

Par exemple, le plus gros potentiel de réduction des émissions au Moyen-Orient réside dans la réduction des subventions aux combustibles fossiles, tandis qu'en Europe, en Chine et en Inde il sera atteint avec l'aide de l'efficacité énergétique, et en Russie par le biais de la réduction des émissions de méthane, a-t-il déclaré.

Cependant, M. Hattori a déclaré que non seulement ces cinq solutions, mais aussi une foule d'autres technologies et politiques doivent être déployées rapidement et à l'échelle nécessaire pour que le monde atteigne les objectifs de l'Accord de Paris, dont les réseaux intelligents, l'hydrogène comme combustible qui peut être généré avec des sources renouvelables d'énergie et l'agriculture intelligente.

Un des principaux espoirs de l'AIE est que les gouvernements utilisent avant tout les cinq options clés décrites dans le scénario passerelle, non pas en raison des inquiétudes sur la hausse mondiale des températures, mais en raison des cobénéfices évidents de l'action climatique. Par exemple, les préoccupations de la part des populations concernant la pollution de l'air dans les villes sont plus grandes que les préoccupations sur le changement climatique.

Les travaux de l'AIE concordent avec le travail des fonctionnaires gouvernementaux et d'autres experts réunis à une série de réunions organisées par l’ONU à Bonn sur le changement climatique. Ils ont discuté des options politiques clés qui ont le plus gros potentiel de réduire immédiatement les émissions. Dans le cadre de réunions techniques d'experts, les gouvernements ont examiné de près le potentiel des énergies renouvelables et de l'efficacité énergétique, entre autres domaines clés, et se concentrent principalement cette semaine sur le transport durable et la valeur sociale et économique du carbone.

En outre, une foire d'action climatique, qui englobe les activités liées à l'action climatique immédiate par les gouvernements et toutes les autres parties prenantes, se déroule à Bonn. La foire est aussi un véhicule pour identifier les politiques et les technologies qui ont les meilleures chances d’avoir un impact véritable et immédiat sur le changement climatique.

Pour plus d'information sur les travaux de l'AIE, consultez le site Web de l'AIE

Crédit photo: Agustin Ruiz (Flickr)

Lettre d'information