Hero Background

ONU Changements Climatiques
Actualités

LIRE LA SUITE
FERMER

Sur ce portail d'actualités de la CCNUCC vous trouverez des informations sur le changement climatique ainsi que les mesures prises par les gouvernements, entreprises, citoyens, l'ONU et la société civile. Vos contributions nous intéressent: contactez nous à press@unfccc.int.

Header Image

undefined

Mesdames et Messieurs,

C’est la onzième édition de Carbon Expo. Depuis son commencement, Carbon Expo a été le témoin d’une large gamme de facteurs qui ont influencé l'évolution du régime mondial du changement climatique. Mais aucun facteur dans le passé n’a eu d’influence aussi profonde que ce facteur qui est maintenant en première ligne de la plupart des décisions politiques et d'entreprise: la compréhension que la lutte contre le changement climatique est fondamentalement sensée d’un point de vue économique. Cette prise de conscience est de plus en plus évidente, et ce, à trois niveaux distincts.

En premier lieu, au niveau des pays. Les gouvernements sont de plus en plus conscients du fait qu'il est dans leur intérêt national, pas seulement de sauver la planète, mais d’aller de l'avant en apportant leur réponse au changement climatique, en raison des bénéfices pour la nourriture, l'eau, la matrice énergétique en plus de la création de davantage d'emplois. L’ensemble des pays, qu’ils soient en voie de développement ou développés, est embarqué dans cet effort visant à identifier où se trouvent les opportunités nationales et comment optimiser ces possibilités nationales pour participer à l'effort mondial. Alors, pourquoi au niveau des pays? Parce que c’est fondamentalement sensé d’un point de vue des économies nationales.

Le deuxième niveau est celui de l’entreprise. Les entreprises avaient tendance à attendre des politiques gouvernementales parfaites. Elles n’attendent plus. Le sommet sur le climat de la semaine dernière à Paris a prouvé que les entreprises sont lancées. Pourquoi? Parce ce que c’est économiquement sensé. Parce que lutter contre le changement climatique est de fait leur meilleure politique pour la continuité de leurs activités. La semaine dernière, 1 000 PDGs, 25 organisations représentant 6 millions d'entreprises ont demandé qu’un accord de Paris nous emmène à un monde à « zéro-net » émissions, ce qui est assez étonnant d'où nous nous trouvions ne serait‑ce que l'an dernier. Donc, les entreprises avancent. Oui, elles exigent des signaux politiques, mais elles n’attendent pas après eux. Elles avancent, parce que c’est fondamentalement sensé d’un point de vue économique.

Et le troisième niveau est celui de la tarification du carbone. Nous entendons un appel considérable pour la tarification du carbone, que ce soit par le biais de taxes ou de systèmes d'échange d'émissions. Vous savez tous bien mieux que moi les nombreuses façons dont un prix du carbone peut apparaître. Pourquoi tarifier le carbone ? Parce que cela remet à niveau le champs d’action, parce que cela abaisse le coût de l’atténuation globale. C’est fondamentalement sensé d’un point de vue économique.

Alors, lorsque l’on considère ces trois niveaux ensemble, on arrive à une évidence. Un monde décarboné est dorénavant irréversible, irréfutable. Nous allons le faire parce que, franchement, nous ne disposons d’aucune autre option.

De plus, compte tenu des possibilités maintenant accessibles grâce à de majeurs investissements sur le point d’être attribués – 90 billions de dollars nécessaires pour les infrastructures énergétiques sur les 15 prochaines années – lutter contre le changement climatique n’est rien de moins que le mégaprojet de développement du monde. Créer des emplois comme jamais auparavant, donner à la croissance économique une nouvelle direction encore jamais explorée, donner la stabilité financière comme jamais encore, voici les occasions que nous avons à saisir aujourd'hui.

Certes, nous nous trouvons actuellement dans une période de transition, un chantier de construction, si vous voulez. De nature, les transitions et les chantiers de construction sont désordonnés. Et c’est une bonne chose, parce que tout le monde essaie de comprendre comment avancer, comment construire. Donc, oui, nous sommes dans une situation chaotique, et ceux d'entre vous qui participent aux marchés du carbone ont probablement fait les frais d’une bonne partie du désordre de ce chantier de construction. J’imagine que vous en avez tiré profit et gagné en sagesse.

En dernier lieu, je voudrais rendre hommage à la Banque mondiale et à IETA pour la boue dont ils ont recouvert leurs bottes sur ce chantier de construction. Vous êtes entrés sur ce site de construction avec bravoure et courage. Vous continuez à mener la construction de l'avenir.

Nous sommes très reconnaissants de la boue sur vos chaussures. Je vous garantis que ce n’est pas terminé, que nous allons continuer à nous mouvoir au travers la boue. Mais nous allons réussir parce que, mes amis, il n'y a pas de plan B, car il n'y a pas de planète B.

Merci.

Lettre d'information