Hero Background
Header Image

À la suite de la signature de l'accord historique de Paris sur les changements climatiques à New York le 22 avril, des gouvernements se sont engagés à prendre des mesures concertées pour réduire les coûts de l'énergie propre et de libérer un flux d'investissement potentiel qui pourrait atteindre un billion de dollars des États-Unis dans les actifs solaires, parmi une série d'autres initiatives.

Aux Nations Unies à New York, le ministre indien de l’Électricité, du Charbon et de l’Énergie renouvelable, Piyush Goyal, et la ministre française de l'Environnement et Présidente de la COP21, Ségolène Royal, ont co-animé un événement à propos de l'Alliance solaire internationale (ISA), lancée par l'Inde et la France à la Conférence de l’ONU sur le changement climatique de l'ONU à Paris en décembre.

Les ministres et représentants de plus de 25 pays, y compris le Bangladesh, le Brésil, l'Éthiopie, les États-Unis et la France, étaient présents.

Afin d'accélérer le déploiement massif de l'énergie solaire à différentes échelles au sein de leurs pays, les ministres et représentants de 25 pays ont convenu de prendre des mesures concertées à travers des programmes ciblés lancés sur une base volontaire, afin de mieux harmoniser et agréger la demande de:

  • Financement solaire, de manière à abaisser le coût du financement et à faciliter le flux de plus de 1 000 milliards de dollars d'investissement dans les actifs solaires des pays membres;
  • Technologies solaires améliorées qui ne sont actuellement déployées qu’à petite échelle et qui doivent être étendues;
  • Technologies solaires futures et renforcement des capacités, grâce à une recherche et un développement solaire stratégiques et collaboratifs, pour améliorer l'efficacité et l'intégration de l'énergie solaire et augmenter le nombre d'applications solaires disponibles.

Les 25 pays représentés à l'événement comprennent le Bangladesh, le Brésil, l'Éthiopie, la Namibie, l'Ouganda, le Nigeria, le Pérou, Djibouti, le Suriname, la Zambie, la Bolivie, les Seychelles, le Sri Lanka, le Mali, l’Inde, les États-Unis et la France.

Toujours à New York, l'Alliance solaire internationale et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) se sont engagés à coopérer pour promouvoir l'énergie solaire à l'échelle mondiale, grâce à la recherche de coopération stratégique dans les domaines de l'expertise technique et programmatique.

Pour en savoir plus, lisez le communiqué de presse du gouvernement indien et un article correspondant de l’Economic Times (an anglais).

Crédit photo: Ségolène Royal (Twitter)

Lettre d'information