Hero Background
Header Image
Crédit photo: Indigenous Rising / Members of the Ponca Nation at COP21

La journée internationale des peuples autochtones est célébrée le 9 août. Elle est consacrée cette année au droit à l'éducation.

Les communautés autochtones à travers le monde ont un rôle clé à jouer dans la lutte contre le changement climatique et dans la réalisation des objectifs climatiques établis par l'accord historique de Paris. Les peuples autochtones n’ont pas seulement droit à l’éducation, mais ils peuvent aussi éduquer d’autres groupes dans le domaine des modes de vie durables.

La résilience au changement climatique est ancrée dans les connaissances traditionnelles des peuples autochtones et leur capacité d'adaptation aux changements environnementaux se fonde souvent sur leur connaissance approfondie de la terre.

Alors que les changements climatiques affectent les l'environnement des autochtones, les communautés réagissent et s’adaptent de manière originale. Les autres peuvent apprendre de ces pratiques exmplaires.

Par exemple, la communauté des autochtones Quechua de Parque de la Papa, au Pérou, entretient un «Parc de pommes de terres» dans les Andes, réserve qui compte plus de 1 000 variétés de ce légume.

Le changement climatique menace la biodiversité, les forçant ainsi à changer leurs pratiques agricoles séculaires.

Agriculteurs au Pérou. Image: Institut international pour l'environnement et le développement

Avoir de nombreuses variétés de pommes de terre qui poussent dans des conditions difficiles, dont certaines peuvent être plantées dans d'autres pays, constitue une forme solide de résilience. Les communautés autochtones transmettent progressivement leurs savoirs traditionnels pour compléter la science. Les savoirs issus de ces bonnes pratiques sont discutés et partagés par le comité de l'adaptation de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques.

Les peuples autochtones vivant à proximité des forêts ou dans les forêts sont aussi les gardiens des écosystèmes restants les plus précieux du monde. Ces écosystèmes assurent la nutrition et l’approvisionnement en eau de millions de personnes. De plus, ils jouent un rôle crucial dans la régulation du climat et absorbent de grandes quantités de dioxyde de carbone.

Selon le Programme des Nations Unies pour le Développement, environ 70 millions de peuples autochtones vivent des ressources de la forêt et 350 millions de populations rurales vivent à proximité ou dans les forêts.

Les droits fonciers des autochtones et l'éducation sont vitaux pour la préservation de ces stocks de carbone, par le biais de la réduction de la déforestation, la gestion durable des forêts et la restauration du couvert forestier comme parties intégrantes des économies rurales.

Les peuples autochtones manifestent un grand intérêt vis-à-vis de l’énergie propre et durable, de manière à pouvoir préserver leurs modes de vie.

L’Université des Nations Unies a réuni les peuples autochtones pour examiner leur possible contribution et le développer leur indépendance énergétique, notamment grâce aux énergies renouvelables.

La vidéo ci-dessous présente différents exemples à travers le monde, dont deuxs doyennes de la communauté autochtone de Tchoukotka en Russie, qui ont suivi une formation d’ingénieur en énergie solaire pour électrifier leurs camps nomades.

Cliquez ici pourplus d'informations sur Journée internationale des peuples autochtones.

Lettre d'information