Hero Background
Header Image
Crédit photo: Projet MDP 0728

Les pays d'Asie, d'Afrique, d'Amérique latine et des Caraïbes ont besoin d'un soutien financier pour verdir leurs secteurs énergétiques et mettre en œuvre leurs plans d'action climat nationaux dans le cadre de l'Accord de Paris sur les changements climatiques.

Il s'agit là d'un résultat clé provenant d'une enquête menée par le secrétariat de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) pour les Partenaires du Cadre de Nairobi, qui examinent ce qui est nécessaire à la mise en œuvre par les pays des « contributions déterminées au niveau national » (NDC, en anglais) qu’ils ont soumises. Un total de 79 pays ont répondu à l'enquête, menée par la CCNUCC par l'intermédiaire de ses centres régionaux de collaboration (CRC) en Afrique de l'Est, en Afrique de l'Ouest, en Asie, en Amérique latine et dans les Caraïbes.

Les CRC ont recueilli des informations auprès des Autorités nationales désignées, organisations choisies par les pays en leur sein pour autoriser et approuver la participation aux projets de mécanisme de développement propre (MDP). Le nombre de pays participant à l’enquête représente 77% des pays soutenus par les CRC dans les régions d'Asie, d'Afrique et d’Amérique latine.

Une réforme du secteur énergétique est cruciale à l’atteinte des objectifs de l’Accord de Paris

L'objectif central de l'Accord de Paris est de limiter la hausse moyenne de la température mondiale à 1,5 degré Celsius. Opérer la transition du secteur de l'énergie vers le bas carbone est crucial pour atteindre cet objectif, car la production d’électricité à partir de charbon, de gaz et de pétrole représente la principale source d'émissions de gaz à effet de serre responsable du changement climatique.

L'enquête a également constaté que, bien que de nombreux pays bénéficient d'une forme de soutien de la part d’organisations internationales pour accroître leur transparence (mesure, communication des données et vérification), cet appui reste insuffisant, dans la plupart des cas.

L'enquête indique clairement que les pays estiment que l'utilisation du mécanisme de développement propre (MDP), des niveaux de référence normalisés et des mesures d'atténuation appropriées au niveau national (MAAN) peut les aider à réaliser leurs engagements en matière d'action climatique.

Dans le cadre du MDP, les projets dans les pays en développement gagnent un crédit (qui peut être vendu) pour chaque tonne de gaz à effet de serre qu'ils réduisent ou évitent, y compris par le biais de projets dans le secteur de l'électricité. Cette incitation a permis d'enregistrer plus de 8 000 projets et programmes dans 111 pays et de d’émettre plus de 1,7 milliard d'unités de réduction certifiées des émissions (URCE).

Les participants à l’enquête ont indiqué qu'ils considéraient le MDP comme un mécanisme qui a efficacement entraîné l'investissement du secteur privé dans le secteur de l'électricité au sien de leurs pays.

Grâce aux MAAN, les pays en développement peuvent solliciter un soutien concret à l'action climatique. Les pays qui sont volontaires pour soutenir les initiatives MAAN peuvent entrer les détails de cet appui dans un registre spécial géré par le secrétariat de la CCNUCC, ce qui permet aux pays en développement qui ont besoin d'aide d'être associés aux offres pertinentes.

Les régions asiatiques et africaines se sont révélées être celles qui nécessitent le soutien le plus urgent en ce qui concerne le développement des marchés du carbone et d’instruments économiques pour les mesures d'atténuation.

L'Amérique latine indique également un besoin élevé, mais la taux inférieur par rapport aux pays d'Asie et d'Afrique pourrait être du à l'expérience déjà développée dans la région et sa capacité potentielle à avancer sans appui extérieur.

En revanche, la région des Caraïbes n'a pas d’expérience exhaustive dans le développement de projets MDP et a par conséquent un potentiel limité en matière de génération de réductions d'émissions. Ceci pourrait donc être considéré comme une limitation à la future mise en œuvre de marchés du carbone nationaux.

Enfin, les différences régionales sont également exprimées en termes de niveau de soutien attendu. Par exemple, l'Amérique latine se concentre sur la conception des stratégies nécessaires pour atteindre les objectifs des NDC, tandis que les régions de l'Afrique et des Caraïbes s’intéressent davantage à recevoir un soutien technique et financier pour la mise en œuvre de mesures spécifiques visant à limiter les émissions de gaz à effet de serre dans les secteurs prioritaires. La région Asie-Pacifique considère le renforcement de la résilience au changement climatique comme une priorité pour la réduction des émissions.

À propos de l'enquête et des centres régionaux de collaboration

L'enquête a été menée après que les partenaires du cadre de Nairobi ont décidé d'adopter un nouvel objectif général à la suite de l'Accord de Paris. Celui-ci consiste à maximiser l'efficacité de la fourniture de soutien aux pays en développement pour qu’ils puissent mettre en œuvre leurs NDC. Ce soutien concerne notamment les domaines de la finance climatique, du transfert de technologies et du renforcement des capacités dans le domaine de l'atténuation par le biais de la création d’environnements propices au niveau national, de mécanismes de réglementation et de marchés du carbone, dont le MDP.

Le Partenariat du cadre de Nairobi est composé de la CCNUCC, du Programme des Nations Unies pour le développement, de la Banque mondiale, de la Banque africaine de développement, du Programme des Nations Unies pour l'environnement, de l’Association internationale pour l'échange de droits d'émissions et de la Banque asiatique de développement. Les organisations de coordination comptent l'Organisation latino-américaine de l'énergie, la Banque interaméricaine de développement, le partenariat mondial pour des stratégies de développement bas carbone - LEDS et la Banque de développement d'Amérique latine (CAF).

Accéder à l’enquête

Crédit photo: Ferme éolienne à Oaxaca,Mexique. Voir le site web du projet MDP pour plus d’information.

Lettre d'information