Hero Background
Header Image
Crédit photo: Siobhán McDonald

La créativité n'attend pas. Et Siobán McDonald n'a pas attendu non plus d'avoir sa maîtrise en Pratique des arts visuels à l'institut des arts et du design de Dublin en poche pour remplir les galeries de ses œuvres. 

Peintre irlandaise, Siobhán McDonald a reçu de nombreuses récompenses. Mais un virage s'est opéré en 2010 alors qu'elle témoignait de l'extraordinaire éruption du volcan islandais Eyjafjallajökull. Confrontée aux forces déchaînées de la nature dans leur forme la plus primaire, elle a vu ses méthodes de peintre se tourner vers l'utilisation de matières géologiques et physiques pour travailler. 

De cette transformation, McDonald dit: "Je pense beaucoup à la création et à notre place dans l'écosystème vivant de notre planète. Ce sujet peut paraître bien trop vaste pour l'aborder d'un point de vue artistique, mais j'aime prendre en compte des disciplines telles que la physique dans mes projets, et penser au contexte plus large dans lequel s'inscrit l'existence de la Terre". 

La rencontre de Jenny McElwain, Professeur de paléobiologie à University College Dublin a suscité l'intérêt de Siobhán dans la période précédent la découverte même du changement climatique vers 1820.
"J'ai décidé d'utiliser d'anciens outils de photographie, en réduisant ce moyen à son strict nécessaire pour faire une série de dessins photogéniques qui viennent interroger l'ère avant Anthropocène", dit-elle.

Photo: ©Siobhán McDonald

Inspirée par l'Islande et son imprévisibilité, McDonald s'est intéressée à la sismologie et à la géologie, ce qui l'a naturellement conduite à une collaboration de plus en plus systématique avec un large éventail de scientifiques, ce qui constitue les fondations de son travail. Elle est certainement la seule artiste contemporaine à avoir pour muses les signaux acoustiques de l'Eyjafjallajökull et des fossiles coralliens irlandais de quelques 350 millions d'années. 

Si la météo est en effet imprévisible en Islande, il n'en reste pas moins que les phénomènes météorologiques extrêmes se multiplient dans le monde et que la communauté internationale se penche à la fois sur les questions de leur prévisibilité et de leur atténuation de manière multilatérale, par le biais de cadres tels que le Cadre de Sendai ou l'Accord de Paris sur les changements climatiques. Évidemment, une telle artiste devait être interrogée à ce sujet. 

À la question de savoir quelle est la chose la plus importante que les artistes peuvent faire pour traiter le problème du changement climatique posée lors d'un entretien, Siobhán répondit: 

Le rôle des artistes est d'alerter les gens à propos de certaines situations d'une manière dont les scientifiques sont incapables. Le processus d'interrogation fait émerger de nombreuses autres interrogations. Mon exposition à Paris est certainement un point de résolution de certaines d'entre elles, mais beaucoup d'autres sujets ont fait surface, et l'interconnexion de toutes ces parties a été étonnante.

Mission accomplie. Siobhán McDonald vous fera voir, entendre et ressentir les changements de la nature, au passé, au présent et au futur. Son oeuvre critique implicitement l'ère de l'Anthropocène, cette ère où l'activité humaine est venue dominer l'environnement, et ce, négativement. Les émotions et la nostalgie sont ses armes pour combattre le changement climatique. En s'adressant à nous tous. Écoutez-la, allez voir 'Crystalline' si vous le pouvez. 

'Crystalline – art de l'arctique, de l'espace et au-delà' est une série d’œuvres relatives aux glaciers mourants. Cette installation rassemble les éléments de l’ingénierie moderne et la préhistoire, par le biais de l’utilisation de carbone et de cendres. Cette ensemble a été créé pour marquer le lancement de l'Orbiteur Solaire dans l'espace, prévu en 2018. Il vient d'être exposé au Centre Culturel Irlandais de Paris (l'exposition a fermé le 12 mars) et se déplace maintenant pour être exposé à l'Agence spatiale européenne en avril. 

Crédit Photo: ©Siobhán McDonald

#Art4Climate est une initiative commune de la CCNUCC et de Julie’s Bicycle visant à repérer et proposer des travaux récents et nouveaux dans ce domaine. Ceci dit, nous serions également ravis de recevoir vos propositions! Dans ce cas, veuillez s'il vous plaît envoyer vos suggestions de publication à newsroom@unfccc.int ou Chiara@juliesbicycle.com.
Faites passer notre message - et utilisez les hashtags #Art4Climate et #COP23!

Lettre d'information