Hero Background
Header Image
Crédit photo: Jan Tik Air / Flickr

Les États-Unis ont accueilli une réunion de pays à New York pour provoquer un regain d'élan aux prochaines négociations internationales visant à adopter un amendement au Protocole de Montréal pour éliminer les hydrofluorocarbones (HFC), puissants gaz à effet de serre. L'événement a été l’occasion de deux annonces importantes:

Tout d'abord, plus de 100 pays ont appelé à assurer un amendement ambitieux avec une « prompte date de gel ». Ce groupe comprend les États-Unis, l'Argentine, le Chili, la Colombie, les 28 pays de l'Union européenne, les 54 pays d'Afrique, et plusieurs États insulaires qui sont les plus vulnérables aux impacts du changement climatique. En complément de cette annonce, plus de 500 entreprises et organisations et des centaines de gouvernements infra-nationaux ont appelé les dirigeants mondiaux à prendre de fortes mesures sur les HFC.

Ensuite, un groupe de pays donateurs et des philanthropes ont annoncé leur intention de contribuer 80 millions de dollars en soutien, de manière à aider les pays ayant besoin d'assistance (par exemple, les pays de l’article 5) à mettre en œuvre un amendement ambitieux et à améliorer leur efficacité énergétique. La composante philanthropique de ceci est qu’il s’agit de la subvention privée la plus importante jamais accordée pour l'efficacité énergétique dans ce secteur.

Les HFC sont des produits chimiques fabriqués industriellement qui sont principalement utilisés dans la climatisation, la réfrigération et l’isolation (mousse isolante), et peuvent être des centaines, voire des milliers de fois plus puissants que le dioxyde de carbone dans leur contribution au changement climatique. Si rien n’est fait, les émissions mondiales de HFC pourraient croître jusqu'à équivaloir à 19 pour cent des émissions totales de dioxyde de carbone d’ici 2050. Il existe d’autres réfrigérants disponibles qui bénéficient de performances comparables à celle des HFC mais avec des effets sur le climat considérablement réduits.

Lire le communiqué de presse complet de la Maison Blanche (en anglais)

Lire à ce propos l'éditorial de Patricia Espinosa, Secrétaire exécutive de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques et de Mario Molina, Prix Nobel de Chimie 1995.

Crédit photo: Jan Tik Air, Flickr

Lettre d'information