Hero Background
Header Image

Cette semaine marque le premier anniversaire de l'appel lancé par le Pape François à 1,2 milliard de catholiques du monde à se joindre à la lutte contre le changement climatique. Cet appel a été déterminant dans la construction dynamique de l'Accord historique de Paris sur les changements climatiques et le développement durable.

Dans un encyclique papal intitulé "Laudato Si" ("Loué sois-tu"), le Pape François a déclaré que la science du changement climatique est claire et que l’Église catholique considère le changement climatique comme une question morale qui doit être abordée afin de protéger la Terre et le monde qui l'habite.

L'encyclique faisait partie d'une mobilisation plus large par des groupes religieux du monde entier visant à parvenir à la fois à l'Accord de Paris en décembre 2015 et un accord sur de nouveaux objectifs de développement durable un peu plus tôt la même année.

Christiana Figueres, Secrétaire exécutive de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques, a déclaré:

"L'encyclique du pape, ainsi que la mobilisation par de nombreux autres groupes religieux au travers du monde, a conféré un impératif moral clair à la prise de mesures climatiques, au soutien de l'Accord de Paris sur le changement climatique et au soutien des 17 objectifs de développement durable. Un an après, les groupes religieux doivent poursuivre leur précieux travail de manière à garantir que les mots soient transformés en action, à la vitesse et à l'échelle nécessaire pour dégager les populations les plus vulnérables du monde de la pauvreté, catalyser le développement durable et réaliser la vision d'un monde au climat sécure de contenue dans l'Accord de Paris".

Selon le National Catholic Reporter (article en anglais), l'encyclique du Pape a eu un impact visible sur l'année écoulée, en plus d'aider à faire avancer les questions internationales du climat et de développement durable.

De nombreuses paroisses, écoles et communautés ont étudié, réfléchi et discuté ce texte, souvent par le biais de conférences multidisciplinaires. D'autres membres de l'église ont commencé à prendre leurs premières mesures au niveau institutionnel par la formation d'équipes vertes, l'amélioration de l'efficacité énergétique et de la réduction du gaspillage.

Laudato Si a également joué un rôle dans la motivation des églises chrétiennes et d'autres groupes religieux à désinvestir des combustibles fossiles polluants et à investir dans des formes d'énergie plus propres. La semaine de l'anniversaire du Laudato Si, quatre organisations catholiques australiennes ont annoncé qu'elles se retiraient complètement du charbon, du pétrole et du gaz, dans ce qu'elles disent être le premier désinvestissement catholique commun du monde.

Le mouvement intervient alors que d'éminents rabbins juifs, religieux musulmans, évêques anglicans et d'autres dirigeants religieux appellent le gouvernement australien à protéger la Grande barrière de corail (article en anglais), à cesser de cautionner les mines de charbon, et à supprimer les subventions à l'industrie des combustibles fossiles, dans une lettre ouverte publiée par le Guardian (en anglais).

Lettre d'information