Hero Background
Header Image

Le mécanisme de développement propre (MDP) des Nations Unies peut être utilisé pour lutter contre le changement climatique de bien des façons – de la réduction des émissions des transports maritime et aérien à la stimulation de la finance climatique nécessaire - le Conseil qui supervise le MDP insistera sur ces points auprès des négociateurs en novembre à Marrakech (Maroc).

Dans le cadre du MDP, les projets dans les pays en développement obtiennent un crédit vendable pour chaque tonne de gaz à effet de serre qu'ils réduisent ou évitent. Cet incitatif a conduit à l'enregistrement de plus de 8 000 projets et programmes dans 107 pays et l'émission de plus de 1,6 milliards d'URCE (unités de réductions certifiées des émissions ou "certified emission reductions", en anglais). Chaque URCE équivaut à une tonne de dioxyde de carbone réduit ou évité.

Lors de sa plus récente réunion à Bonn en septembre, le Conseil exécutif du MDP a approuvé un ensemble de huit invitations, encouragements et demandes de pays, tous ayant pour but de faire le meilleur usage du MDP.

"Le succès du MDP a été fondé sur sa fonction d'outil fondé sur le marché, incitant le développement de projets sur le terrain, sources de crédits vendables de réduction des émissions; mais, il va bien au-delà de celà", a déclaré Eduardo Calvo, président du Conseil exécutif du MDP. "Ce mécanisme peut être utilisé pour mesurer les émissions, comptabiliser les réductions, et rendre compte de manière transparente des réductions d'émissions, toutes des tâches essentielles pour assurer des réductions réelles et de véritables progrès sur le changement climatique."

En décembre 2015, les parties de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) ont adopté l'Accord de Paris sur le changement climatique, s'engageant à se fixer des objectifs de réduction des émissions de plus en plus ambitieux, de manière à maintenir la hausse des températures à un maximum de 2 degrés Celsius au-dessus des niveaux pré-industriels. Les pays se retrouvereont à Marrakech du 7 au 18 novembre 2016 pour leur prochaine conférence annuelle sur le climat, celle-ci traitant de la mise en œuvre de l'Accord de Paris.

Parmi ses recommandations, le conseil du MDP invitera les pays à envisager l’utilisation des URCE, produits par les projets MDP dans les pays en développement, comme instrument de conformité au sein de leurs systèmes d'échanges d'émissions.

Le Conseil souhaite également que les nations envisagent d'encourager des compagnies d’aviation et maritimes à s'engager à réduire les émissions de leurs opérations, y compris par l'annulation volontaire immédiate d'URCE.

Le conseil attendra également une requête de la part des Parties qu'il, en collaboration avec le secrétariat de la CCNUCC, s'implique auprès de communautés financières et d’investissement pour promouvoir l'utilisation du MDP comme outil de mesure, de communication des données et de vérification des titres verts.

En outre, le conseil souhaite voir les pays inviter les agences de développement et les banques multilatérales de développement à utiliser le MDP ou ses éléments, afin de vérifier l'effet d'atténuation de l'action climatique qu'ils soutiennent. 

Lire le rapport complet de la réunion (en anglais). 

En apprendre plus sur le MDP (en anglais). 

Twitter and Facebook: UN_CarbonMechs

L'Accord de Paris appelle à la neutralité climatique au cours de la seconde moitié du siècle: visitez notrs site web Climate Neutral Now!

 

Lettre d'information