Hero Background
Header Image
Crédit photo: UN Photo/Mark Garten

New York, le 22 avril 2016 – Dans une extraordinaire manifestation de soutien à l’Accord de Paris sur le climat adopté en décembre dernier, 175 Parties (174 pays et l'Union européenne) ont signé l’accord lors d’une cérémonie aux quartiers généraux de l’ONU aujourd’hui, ce qui surpasse le record historique d’un premier jour de signature d’un accord international.

La cérémonie, qui s’est tenue lors de la journée d’ouverture de l’Accord de Paris à la signature, a marqué la première étape sur la route de l’entrée en vigueur de l’accord. L’accord ne peut entrer en vigueur que 30 jours après que 55 Parties qui représentent 55 pour cent des émissions mondiales aient déposé leurs instruments de ratification.

«Le monde n’aura rempli les conditions nécessaires à l’entrée en vigueur de l’Accord de Paris que si l’ensemble des 175 Parties qui ont signé aujourd’hui passent à l’étape suivante au niveau domestique et rejoignent l’Accord ».

 
Court-métrage diffusé le 22 avril 2016 dans la salle de l'Assemblée générale au Siège de l'ONU à New York, en prélude à la cérémonie de signature de l'Accord de Paris.

Quinze pays ont déposé leurs instruments de ratification au cours de la cérémonie de signature, y compris les petits pays insulaires en développement qui subissent les impacts climatiques en première ligne.

Plusieurs pays ont annoncé leur projet de rejoindre l’accord en 2016, dont l’Australie, l’Argentine, le Cameroun, le Canada, la Chine, la France, le Mali, le Mexique, les Philippines et les États-Unis d’Amérique. L’Union européenne et d’autres nations comme le Brésil et la Fédération russe se sont engagés à accélérer leur travail pour franchir les étapes nécessaires dans ce but.

« Je suis ravi de témoigner de tant de soutien et d’un élan politique pour que l’accord aille de l’avant », a déclaré le Secrétaire général. « L’esprit du multilatéralisme est solide ».

Il a ajouté que la participation d’autant de pays aujourd’hui, et celle de 55 Chefs d’États, en plus de celles des leaders de la société civile et du secteur privé, ne laisse aucun doute sur le fait que le monde est déterminé à prendre les mesures climatiques qui s’imposent.

Le Président français François Hollande, qui a accueilli la conférence climat de Paris, a déclaré que son pays se placerait en chef de file pour tarifier le carbone.

Le président français François Hollande a été le premier à signer l'accord de Paris.

Le fort engagement du monde des affaires s’est manifesté à la cérémonie de signature, et le Directeur exécutif du Pacte mondial des Nations unies Lise Kingo a appelé les entreprises du monde à fixer graduellement un prix du carbone en interne, à hauteur minimum de 100 dollars par mètre cube.

« L’Accord de Paris envoie le signal clair que le monde des affaires et les investisseurs doivent placer le climat au cœur de leurs décisions », a déclaré Mme Kingo. « Nous soutenons que la tarification du carbone est une des manières les plus effectives d’ancrer profondément le climat dans les stratégies et dans les investissements des entreprises. Bien que les entreprises chefs de file aient déjà pris des mesures pour tarifier le carbone, il reste nécessaire de voir une augmentation de l’ambition et des prix en général ».

Christiana Figueres, Secrétaire exécutive de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) a déclaré : « Aujourd’hui est une journée remarquable, où tous les records ont été battus dans l’histoire de la coopération internationale sur les changements climatiques et pour atteindre un futur durable pour des millions de gens. »

« L’urgence maintenant est de mettre en œuvre les trajectoires visionnaires de l’Accord de Paris à une vitesse et à une échelle qui permettent la réalisation des prochaines étapes, notamment une culmination rapide des émissions, un monde neutre pour le climat au cours de la seconde moitié du siècle et la construction de pays et de communautés résilients pour chaque homme, chaque femme et chaque enfant. »

L’Accord de Paris a marqué un tournant décisif dans l’action pour le climat. Après des années de négociations, les pays ont convenu de limiter l’augmentation de la température mondiale bien en dessous de 2 degrés Celsius, tout en poursuivant les efforts visant à maintenir l'élévation de la température à 1,5 degrés.

Même lorsque l’accord a été adopté, les pays ont reconnu que les engagements actuels à la réduction des émissions restaient insuffisants pour atteindre ces objectifs. L’Accord de Paris requiert des réunions régulières tous les cinq ans à partir de 2018, visant à évaluer les progrès effectués, et à considérer si nécessaire l’augmentation de l’ambition.

Pour plus d’information, visitez http://www.un.org/sustainabledevelopment/fr/climate-change/.

Contact pour la presse :

Département de l’Information publique de l’ONU
Dan Shepard, T: +1(212) 963-9495 | E: shepard@un.org

Pour plus d’information, veuillez vous rendre à http://www.un.org/sustainabledevelopment/fr/, ou suivez nous sur Twitter à @GlobalGoalsUN et sur Facebook à www.facebook.com/globalgoalsUN

Crédit photo: UN Photo/Mark Garten

Lettre d'information