Hero Background
Header Image

Bonn, Allemagne, 12 décembre 2016. Un an après que le monde a adopté l'Accord de Paris sur les changements climatiques, l'action climatique de toutes sources, gouvernements, entreprises et  sociétés, continue d'atteindre de nouveaux sommets. 

Le défi à relever maintenant consiste à le faire à une échelle encore plus grande avec une rapidité et une urgence qui reflètent la réalité scientifique.

"2016 a été une année extraordinaire à bien des égards. En moins de 12 mois, l'Accord de Paris sur le climat est entré en vigueur et presque chaque semaine, plus de pays le ratifient. Simultanément, nations, villes, régions, entreprises et investisseurs continuent d'indiquer leur soutien indéfectible par des mesures concrètes, des réorientations d'investissements et des promesses de plus en plus ambitieuses", a déclaré Patricia Espinosa, Secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC).

"Cette urgence et ces actions doivent non seulement continuer mais s'intensifier et s’accélérer encore plus sur l'année 2017 et les années et les décennies à venir, parce que l'ambition actuelle est encore en deçà de ce qui est nécessaire. En 2016, l'Organisation météorologique mondiale de l'ONU a annoncé que la hausse des températures moyennes mondiales avait atteint 1°C en 2015 et que les concentrations de gaz à effet de serre, le dioxyde de carbone, avaient franchi le seuil significatif de 400 parties par million dans l'atmosphère", a-t-elle ajouté.

Mme Espinosa a précisé que la réalisation des objectifs et des ambitions de l'Accord de Paris reposera également sur la rapidité et l'urgence de la réalisation des 17 objectifs de développement durable (ODD), également adoptés en 2015.

"L'éradication de la pauvreté sous toutes ses formes, l'amélioration de la santé et du bien-être, la conservation et la restauration des forêts, des zones humides, des terres arides et des montagnes, les ODD et le programme climatique sont inextricablement liés et fournissent le guide vers un avenir plus prospère et plus stable pour nous tous", a-t-elle conclu.

L'objectif principal de l'Accord de Paris, limiter le réchauffement climatique à un niveau bien inférieur à 2°C et aussi proche que possible de 1,5°C pour éviter des points de basculement dangereux dans le système climatique, signifir que les émissions mondiales doivent bientôt culminer et être réduites ensuite de manière drastique pour atteindre la neutralité climatique durant la deuxième moitié du siècle.

Un équilibre doit être atteint dans la seconde moitié de ce siècle entre les émissions mondiales et absorptions naturelles par des écosystèmes sains ou par d'autres moyens gérés par l'homme.

Voies prioritaires pour atteindre les objectifs de Paris

Il existe trois grandes voies d'action qui garantissent l'atteinte des objectifs de Paris: l'action climatique nationale par tous les pays et des secteurs public et privé, la coopération internationale dans le domaine du climat et une transition exhaustive des investissements publics et privés.

La conférence des Nations unies sur le changement climatique du mois dernier à Marrakech a montré que les progrès accomplis dans les trois domaines restent prometteurs. Quelques exemples suivent pour illustrer ces progrès au sein des trois avenues, mais le large éventail des actions positives à Marrakech peut être consulté ici dans le communiqué de presse final de la COP22.

Plans climat nationaux

Premièrement, l'accord est lui-même fondé sur un ensemble global de plans nationaux d'action pour le climat (NDC, selon le sigle en anflais), dont les pays ont convenu qu'ils ne feraient qu'augmenter en ambition avec le temps. À Marrakech, l'engagement général au niveau national pour accroître l'ambition était évident.

Par exemple, un club de gouvernements infranationaux, la Under2 Coalition, qui s'est engagé à réduire ses émissions d'au moins 80 pour cent d'ici 2050, a annoncé que son effectif d'adhérents est passé à 165, représentant maintenant un tiers de l'économie mondiale et une population d'environ un milliard de personnes en Amérique du Nord, en Europe, en Amérique latine, en Afrique et en Asie.

Le Climate Vulnerable Forum, composé de plus de 40 pays, a publié une Vision de Marrakech s'engageant à atteindre des objectifs ambitieux, y compris 100% d'énergie renouvelable entre 2030 et 2050.

Règlement climatique international

Plusieurs pays - le Canada, l'Allemagne, le Mexique et les États-Unis - ont également annoncé d'ambitieuses stratégies climatiques allant jusqu'en 2050, qui reflètent l'objectif à long terme de l'Accord de Paris d'atteindre la neutralité climatique dans la seconde moitié du siècle.

Il est également important que les pays les plus pauvres puissent élaborer leurs propres plans nationaux, ce qui a entraîné le lancement du Partenariat NDC, une coalition de pays en développement et développés et d'institutions internationales œuvrant pour que les pays reçoivent le soutien technique et financier dont ils ont besoin pour atteindre rapidement leurs objectifs climatiques et les objectifs de développement durable.

Deuxièmement, le processus intergouvernemental de l'ONU sur le changement climatique conserve la tâche la plus importante pour compléter le "règlement" international, soit le manuel d'opération de l'accord, qui fournira une comptabilité des réductions d'émissions transparente, la provision de financements climatiques, le développement et le transfert de technologies et les besoins d'adaptation.

Les détails de la tâche sont complexes, mais le principe est simple: la transparence édifie la confiance que les pays respectent leurs engagements ce qui ensuite génère la confiance de tous les pays à accroître leur propre ambition au maximum de leurs capacités.

Les pays ont déjà établi la base de cet examen par des pairs des actions de chacun pour réduire les émissions grâce à un processus transparent qui a commencé en 2014.

Les gouvernements ont insisté sur ce règlement à Marrakech et ont indiqué la date rapide de 2018 pour son achèvement.

Transition des investissements

Troisièmement, un déplacement plus rapide des investissements dans les pays développés et en développement est en cours, même si une vitesse encore plus élevée est nécessaire.

Les gouvernements, les institutions multilatérales et les institutions du secteur privé doivent être en mesure et disposés à mobiliser et allouer des dizaines de milliards de dollars à la fois en faveur du climat et des investissements durables.

En attendant, un financement à plus petite échelle doit être disponible pour permettre aux investisseurs individuels, aux petites entreprises et aux pays pauvres, qui n'ont pas d'accès facile à de larges sommes d'argent, de participer pleinement et volontairement à cette transformation économique.

Les données de l'ONU et d'études indépendantes montrent qu'un flux annuel de mille milliards de dollars par an dans l'action climatique devrait être réalisable à court terme.

La disponibilité des 100 milliards de dollars annuels d'ici 2020 pour aider directement les plus pauvres et les plus vulnérables reste également une priorité.

À Marrakech, les pays ont promis plus de 81 millions de dollars au Fonds pour l'adaptation, dépassant ainsi son objectif pour l'année et plus de 23 millions de dollars au Centre et Réseau des Technologies Climatiques, qui soutient les pays en développement dans le développement et le transfert des technologies climatiques.

Le Fonds vert pour le climat (GCF en anglais) a également annoncé l'approbation des deux premières propositions pour la formulation de plans nationaux d'adaptation au Liberia et au Népal et a déclaré qu'il se trouvait sur la bonne voie pour l'approbation d'un total de 2,5 milliards de dollars de projets.

La prochaine conférence climatique annuelle de l'ONU se tiendra à Bonn, en Allemagne, en novembre 2017, sous la présidence de Fidji, petit État insulaire en développement.

Pour de plus amples informations, veuillez vous adresser à Nick Nuttall, Porte-parole et Directeur de la communication de la CCNUCC, à nnuttall@unfccc.int

Accord de Paris: http://unfccc.int/paris_agreement/items/9485.php

La conférence de l'ONU sur le climat 2016: http://newsroom.unfccc.int/unfccc-newsroom/nations-take-forward-global-climate-action-at-2016-un-climate-conference/

Lettre d'information